Biowallonie veut révolutionner les cantines

Selon Biowallonie, la question des marchés publics n’est pas un frein à l’avènement des produits issus de l’agriculture biologique dans les restaurants des collectivités.
Selon Biowallonie, la question des marchés publics n’est pas un frein à l’avènement des produits issus de l’agriculture biologique dans les restaurants des collectivités. - Luc Scharès.

De l’alimentation bio dans toutes les cantines de Wallonie, qu’elles soient de structures publiques (notamment les écoles) ou d’entreprises ? Et pourquoi pas ?

Biowallonie, ASBL pararégionale qui œuvre à l’encadrement et au développement de l’agriculture biologique, est convaincue que cet objectif peut être largement atteint. En tout cas, la machine est en route. Des cuisiniers d’une soixantaine de cantines – il est vrai qu’elles se comptent par centaines – ont déjà reçu une formation spécifique telle que celle donnée hier par Biowallonie à l’école provinciale d’agronomie de Ciney, l’Epasc, avec la complicité du ministre Di Antonio.

Un projet baptisé « Les Cantiniers »

Car ce mercredi sur le coup de midi, dans la cantine de l’établissement cinacien, les petits plats étaient mis dans les grands. Au menu du jour, rien que du bio et du fait maison, y compris les desserts.

Derrière les présentoirs, Anne Baugnet, chef de cuisine à la tête de 12 personnes, donne ses dernières instructions. Voici peu, elle était à Lille pour participer à un concours Interreg (entre régions européennes limitrophes mais de plusieurs pays) à Lille. Elle y a décroché la deuxième place.

Ce projet baptisé « Les Cantiniers », elle y adhère, et c’est en ses murs que Biowallonie a décidé d’organiser une formation à destination des cuistots des cantines pour leur donner de bonnes idées de recettes bio. «  Ici à l’école, on sert 300 repas chaque midi, et nous avons dans l’école un internat qui accueille 240 pensionnaires , explique la patronne de l’Epasc. Depuis 2012, nous proposons une alimentation saine et durable. Pas totalement bio comme aujourd’hui, mais un sérieux pas a déjà été franchi. Au début, les élèves étaient un peu bousculés. Mais aujourd’hui, c’est devenu la routine pour eux. Tous les jours, on propose une salade bar avec des crudités, des fruits, des féculents : pommes de terre en salade, riz, quinoa, semoule. Et c’est très apprécié. Pour passer à une alimentation purement bio, il faudrait procéder un peu autrement. Pour notre approvisionnement, nous lançons des marchés publics, les règles sont strictes. Mais d’après les estimations que nous avons réalisées en cuisine, cela ne coûte pas beaucoup plus cher. Il faut dire qu’on travaille avec du volume, et le bio permet de nettement moins gaspiller. Il n’y a quasiment pas de pelure, les légumes sont le plus souvent juste lavés  ».

La demande en bio excède l’offre

Selon Biowallonie, la question des marchés publics n’est pas un frein à l’avènement des produits issus de l’agriculture biologique dans les restaurants des collectivités. «  Effectivement, dans le cadre d’un appel d’offres, on ne peut inclure des clauses de provenance, il est donc difficile de donner la priorité aux filières courtes, commente Philippe Grogna. Mais par contre, on peut inclure des critères de qualité, comme le label bio. L’Apaq-W dispose aussi d’outils spécifiques et il existe encore des grossistes qui travaillent en priorité avec des producteurs locaux. Concrètement, des solutions existent  ».

Actuellement en Wallonie, la production bio progresse. «  Nous sommes autour de 1.600 producteurs, et on enregistre une progression constante depuis 2007 avec 120 à 150 nouveaux producteurs chaque année  », poursuit Philippe Borgna. «  C’est près de 12 % de la production totale wallonne. Et la marge de progression est réelle puisque, hormis le cas de la viande bovine, la demande excède l’offre de manière significative  ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite