Publifin: une transaction pénale proposée à certains membres des comités de secteur

© Belga
© Belga

Comme l’avait annoncé Le Vif, une information judiciaire a été ouverte peu après l’éclatement du scandale Publifin : des élus PS, MR et CDH avaient perçu des rémunérations, parfois très importantes, pour siéger dans les comités de secteur de l’intercommunale. Sans nécessairement être présents aux réunions. Selon les informations alors collectées par Le Vif, la justice liégeoise suspecterait des infractions de faux, usage de faux et abus de biens sociaux au détriment de l’intercommunale Publifin. Et donc de ses actionnaires : la Province de Liège et 76 communes wallonnes. Au mois d’octobre, le conseil d’administration de Publifin avait fait savoir qu’il réclamerait à ces mêmes membres des comités un remboursement partiel et volontaire de leurs émoluments, au pro rata de leurs participations aux réunions. Soit, sur base volontaire, le reversement attendu de 300.000 euros sur le million qui avait été globalement perçu.

Trois mois pour répondre à la proposition

Plutôt que s’enfermer dans une série de longues procédures judiciaires, le ministère public a donc choisi de proposer une transaction financière aux membres des comités de secteur qui ont été payés pour des réunions auxquelles ils n’ont pas assisté. Ou à tout le moins à une partie d’entre eux, « Le Soir » n’ayant pu les joindre tous et certains n’ayant pas, lorsque Le Soir les a contactés, relevé leur courrier du jour. Les membres concernés ont trois mois pour répondre à la proposition du ministère public.

« J’ai reçu le courrier ce matin, commente Claude Emonts, ancien président du CPAS liégeois et ex-président du comité Energie. Je ne sais pas encore ce que je vais répondre. La somme me paraît grotesque et sans rapport avec la somme qu’on me demande de rembourser à Publifin (52.000 euros, NDLR). Peut-être qu’en y réfléchissant, je trouverai une correspondance entre les deux sommes. »

Contacté, le parquet général de Liège n’a pas donné suite.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Publifin|Détournement de biens|province de Liège
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

  2. © Belga.

    Elections: nonante-cinq députés et deux ministres s’en vont

  3. @Belga

    Antwerp - Standard: un vrai choc pour l’Europe

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Pour lutter contre la peur du vaccin, l’humain doit primer

    Certes, bien des nations nous envient notre système de santé. Son excellence académique, son équipement de haut niveau, sa densité sont des réalités incontestables. Mais le système gémit sous les coups de boutoir de la crise. Pénurie de médecins et d’infirmières, restriction des soins, fusions d’établissements : le futur ne se dessine pas en rose au fil des 121 indicateurs livrés par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)....

    Lire la suite