Une chasse aux livres qui cartonne

Près de 1.000 chasseurs ont été répertoriés dimanche.
Près de 1.000 chasseurs ont été répertoriés dimanche. - D.R.

Alors que les allées de Tour&Taxis vibrent plus que jamais au rythme de la Foire du Livre, les bouquins s’affichent également au rayon… urbain. C’est ainsi que les organisateurs de l’événement ont eu la bonne idée de proposer une gigantesque traque aux livres dans les rues de la capitale. Au total, plus de mille ouvrages seront disséminés dans plusieurs quartiers de la capitale d’ici le 25 février, date de clôture de la Foire. « Les chasseurs de livres constituent une communauté née sur les réseaux sociaux dans le but d’encourager le partage et la découverte autour de la lecture. Pour cette nouvelle édition, la Foire s’inspire de cette belle initiative pour proposer la plus grande chasse aux livres de Bruxelles ».

Pour participer, c’est très simple. « Il vous suffit de télécharger l’application de géolocalisation Neareo qui vous permettra de trouver l’endroit exact où se trouvent les livres et vous avertit si vous passez près de l’un d’eux ». Ce jeudi, c’est le quartier du Cinquantenaire qui sera le théâtre des opérations avant la place Sainte-Catherine, ce vendredi.

Une initiative visant la démocratisation de la culture qui a apparemment immédiatement trouvé son public. Dès le jour d’ouverture, dimanche dernier, près de 600 personnes ont utilisé l’application, les organisateurs estimant à 1.000 le nombre de chasseurs. « Nous avions décidé de mettre plus de livres le week-end car la semaine, les gens travaillent mais nous enregistré pas mal de retour de personnes regrettant qu’il n’y en ait pas eu autant, l’engouement est donc resté total », se réjouit-on du côté de la Foire du Livre.

www.flb.be

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Politique|Bruxelles (Bruxelles-Capitale)
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite