Une cinquantaine de bus hybrides injectés sur le réseau d’ici la fin de l’année

Le moteur électrique est alimenté par des batteries qui sont rechargées automatiquement pendant les phases de freinage.
Le moteur électrique est alimenté par des batteries qui sont rechargées automatiquement pendant les phases de freinage. - stib

Après le marché des trams scellé il y a une dizaine de jours, voici bouclé celui des bus hybrides. Ce mercredi, la Stib a en effet annoncé que son conseil d’administration avait désigné le constructeur qui fournira les prochains modèles et c’est Volvo qui a remporté la mise. « Pour arrêter son choix, la Stib a testé 3 prototypes de bus hybrides standards, de marques différentes, durant huit semaines au cours de l’été 2017. C’est le prototype de Volvo, identique à ceux qui seront fournis dans le cadre de cet accord-cadre, qui a produit les meilleurs résultats globaux pour l’ensemble des critères d’évaluation du marché », précise la société de transport.

Le deal passé avec la firme suédoise court sur cinq ans et englobe l’étude, la construction et la fourniture des véhicules en ce compris les pièces de rechange ainsi que la maintenance des unités de stockage électriques. Une première commande, ferme, de 90 véhicules a été lancée sous réserve de la période de standstill soit un délai de 15 jours permettant aux constructeurs évincés d’introduire un éventuel recours. La facture pour la Stib s’élève à 42,5 millions d’euros.

Au rayon technique, ces bus hybrides ont un moteur électrique et un autre, thermique. « Le moteur électrique est alimenté par des batteries qui sont rechargées automatiquement pendant les phases de freinage du véhicule. Elles ne sont pas rechargées par une source électrique externe. Le moteur thermique répond aux normes Euro 6, les normes antipollution les plus récentes en vigueur », pointe la Stib qui insiste sur les avantages environnementaux. « Ces autobus hybrides permettront de consommer moins de carburant. Ils seront moins polluants (moins de CO, de particules fines, etc.) et moins bruyants. Tout bénéfice pour la qualité de vie des Bruxellois ». Côté design, les véhicules seront tous équipés de sièges en cuir, d’un plancher bas, d’éclairage intérieur Led ou encore de six sièges destinés aux usagers faibles.

« Les vieux bus diesel à Bruxelles, c’est fini ! »

Les premiers modèles sont attendus sur le bitume bruxellois dans les mois à venir puisque les premiers exemplaires, une cinquantaine, seront livrés d’ici la fin de l’année alors que 145 hybrides articulés sont également en passe d’être commandés. « Les vieux bus diesel à Bruxelles, c’est fini !, s’est réjoui le ministre de la Mobilité Pascal Smet (SP.A). Ces bus hybrides sont un pas important que la Stib franchit vers l’électrification du réseau bus, prévu d’ici 2030 ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 10844589-050

    France: condamné, Mélenchon dénonce un «procès politique»

  2. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain: des différences importantes selon les régions

  3. Jonathan Rigaux est pépiniériste à Longlier. 300.000 sapins sortiront de ses champs cette année.

    Le sapin de Noël se veut écoresponsable, et bio à terme

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite