Des milliers d’euros détournés au CPAS de Liège

© Dominique Rodenbach.
© Dominique Rodenbach.

Des centaines de milliers d’euros ont été détournées au CPAS de Liège pendant près de 15 ans par un agent, révèle jeudi après-midi Le Vif l’Express sur son site internet.

« La présidente du CPAS, Marie-France Mahy, nous a parlé vendredi dernier lors du Collège communal, annonce le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer. Elle nous a assuré que le problème était pris en charge ».

Un problème de longue date puisque l’agent de 61 ans qui travaille au CPAS depuis 1999 a détourné plusieurs centaines de milliers d’euros depuis 2003, soit 15 ans, en ponctionnant le compte du règlement collectif de dettes – un compte destiné à verser un revenu aux personnes gravement surendettées et à rembourser leurs créanciers. « Nous trouverons les moyens de réparer les torts qu’ont subis ces gens-là, qui n’ont pas perçu ce qui leur était pourtant dû », rajoute Willy Demeyer.

C’est le directeur financier du CPAS qui a directement déposé plainte le lendemain de la découverte. C’est le 14 février, lors de l’absence de l’agent, qu’une anomalie a été détectée dans le dossier d’une personne surendettée. Au début de l’enquête, il était question de 80.000 euros, « un montant qui gonfle de jour en jour, et qui s’approcherait des 200.000 euros » a estimé Nathalie Rutten, la directrice générale dans Le Vif.

Les premières réactions font déjà leur apparition. Le conseiller communal, François Schreuer, Vega – seul groupe du Conseil communal à ne pas être représenté au Conseil de l’aide sociale – « demande à la présidence du CPAS et au Collège communal de fournir rapidement des explications circonstanciées sur les procédures de contrôles de mises en œuvre ». Vega adresse au Collège une demande d’audition des responsables de ce contrôle. Mais le bourgmestre rappelle que le CPAS est autonome et qu’il a son conseil d’Action sociale. Toutefois, le secrétaire va analyser cette demande et les possibilités envisagées. De plus, ce vendredi, le Collège va évoquer le problème.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Deliveroo nous a fait signer une nouvelle convention. Conséquence
: je gagne entre 20 et 30
% de moins qu’avant. On me paie 5,32 euros la course désormais
», affirme un livreur.

    Deliveroo, Uber Eats, Takeaway: les coursiers, toujours en dernière ligne

  2. Grâce à un single, la machine marketing du deuxième opus a été lancée avant même la sortie du film.

    L’effet Reine des Neiges, ou comment Disney règne sur le box-office

  3. Jennifer Williams, conseillère spéciale du vice-président américain Mike Pence, et le lieutenant-colonel Alexander Vindman, membre du Conseil de sécurité nationale
: deux témoignages majeurs devant la commission du Renseignement de la Chambre qui mène l’enquête au pas de course.

    L’«affaire ukrainienne» de Trump racontée par des témoins directs

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Mesdames, Messieurs, la Commission! Enfin…

    On croyait que les affaires courantes étaient une spécialité belge. Mais depuis un mois, on a découvert que l’Europe nous les enviait au point de les adopter. La Commission von der Leyen, qui devait entrer en fonction le premier novembre dernier, est en effet restée dans les paddocks bruxellois faute d’être au complet.

    Mais ces affaires courantes, qui font déjà mauvais genre chez nous, faisaient carrément tache pour une Union européenne déjà accusée de paralysie quand la Commission est de plein...

    Lire la suite