Didier Reynders au «Soir»: «A Bruxelles, on doit ouvrir tous les placards» (vidéo)

«
A Bruxelles, comme au niveau fédéral, ce que je souhaite, c’est de pouvoir travailler avec des gens qui ont envie de changer les choses
». @Le Soir
« A Bruxelles, comme au niveau fédéral, ce que je souhaite, c’est de pouvoir travailler avec des gens qui ont envie de changer les choses ». @Le Soir

Après les affaires et les controverses tout autour, la campagne s’annonce véhémente à Bruxelles. 2019, c’est demain. Didier Reynders, vice-Premier et ministre des Affaires étrangères actuellement, donne le ton.

« A Bruxelles, que ce soit pour les problèmes dans les ASBL, pour la mauvaise gestion de la Région, s’il y a bien un parti qui n’a aucune responsabilité dans tout cela, c’est la N-VA. J’entends un ministre-président qui arrive à parler de la N-VA quand on le questionne à propos de Gial  ! », explique Didier Reynders lorsqu’on lui parle de la N-VA à Bruxelles. « A Bruxelles, comme au niveau fédéral, ce que je souhaite, c’est de pouvoir travailler avec des gens qui ont envie de changer les choses », précise-t-il.

Mais il ne ferme aucune porte et propose de «  changer les choses  » avec « tout qui aura un projet positif ».

Les projets de Didier Reynders pour Bruxelles, à lire sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous