Accueil Sports

Anderlecht: un prix de vente de 80 millions qui pourrait encore varier

Coucke pourrait donc très bien récupérer des billes comme en perdre quelques-unes selon qu’il ait bien ficelé ou non son opération rachat.

Article réservé aux abonnés
Chef de service adjoint Sports et chef de la cellule foot Temps de lecture: 1 min

Si Marc Coucke était amené à découvrir des cadavres dans les placards, les 80 millions décaissés pourraient être en partie rognés. Grâce à la clause dite de «  due diligent » figurant généralement dans les contrats de cession/reprise d’activités, il peut encore ajuster le prix d’achat du club.

Pour résumer, on établit une radioscopie de la société (crédits, dettes fournisseurs, litiges éventuels, ONSS, TVA, etc.) qu’on affine pendant un temps déterminé après la vente. Et qui, via ces fameuses clauses prenant en compte le facteur incertitudes, peuvent avoir un effet rétroactif sur la convention signée au moment de la cession. Et, par corollaire, le montant fixé de commun accord pour la transaction.

Coucke pourrait donc très bien récupérer des billes comme en perdre quelques-unes selon qu’il ait bien ficelé ou non son opération rachat.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs