Un plaidoyer citoyen contre l’élargissement du ring de Bruxelles

© Belga.
© Belga.

L’heure de l’élargissement du ring de Bruxelles, voulu et programmé par la Région flamande depuis 2013, approche à grand pas. Le projet, vendu sous la forme d’une « optimisation » d’une partie de la boucle d’autoroute qui encercle Bruxelles, prévoit le passage à 10 bandes de circulation entre l’E40 et l’A12 puis entre l’E40 en direction de Liège et l’A19. Présenté avec l’objectif de décongestionner plusieurs points d’entrée dans la capitale, le projet charrie néanmoins son lot d’angoisse à Bruxelles.

Après Jette, où plusieurs représentants politiques se sont récemment déclarés inquiets à propos d’un projet qui va frôler les frontières communales et le bois du Laerbeek, c’est maintenant au tour du collectif citoyen Bruxsel’Air de déclarer l’état d’urgence sur ce dossier. Cette plateforme, consolidée autour de la problématique de la pollution atmosphérique, vient en effet d’envoyer une lettre ouverte à l’ensemble des bourgmestres et des échevins de la mobilité de la Région, ainsi qu’aux ministres Rudi Vervoort (PS), Céline Frémault (CDH) et Pascal Smet (SP.A), respectivement ministre-président, ministre de l’Environnement et ministre des Travaux publics et de la Mobilité. Les signataires s’alarment du manque de clarté actuel dans le chef des uns et des autres et demandent que les dirigeants de la Région s’opposent publiquement à un projet jugé nocif à plusieurs égards.

«  Loin de n’être qu’une question de santé, le tout à l’automobile que nous observons en Belgique est en outre incompatible avec de nombreux objectifs que notre ville s’est fixés dans plusieurs de ses stratégies à long terme, visant à améliorer le bien-être des Bruxellois, estime le collectif dans son appel. En matière de congestion, cet élargissement ne peut en outre que créer un appel d’air supplémentaire pour les navetteurs, qui viendront toujours plus nombreux en voiture à Bruxelles. »

Un exécutif désuni

Le groupe citoyen demande dès lors aux membres du gouvernement et des exécutifs communaux de se positionner clairement par rapport au projet flamand. Et ce, avant le 20 avril prochain. Histoire de faire monter un peu la pression, le collectif prévient que chaque prise de position (ou absence de réponse) sera relayée sur la page Facebook de Bruxsel’Air.

Cette requête intervient dans un contexte où le gouvernement bruxellois a visiblement bien du mal à parler d’une seule voix à propos d’un dossier sur lequel la Flandre semble déterminée à avancer quoi qu’il advienne. Là où la ministre de l’Environnement a encore estimé récemment en commission que cet élargissement représentait une aberration par rapport à la vision de la mobilité défendue par Bruxelles (Le Soir du 4 décembre 2017), l’avis de Rudi Vervoort, responsable des relations interrégionales, est quant à lui bien plus nuancé.

Contacté, son cabinet nous renvoie vers une réponse donnée la semaine dernière suite à une interpellation du député Marc Loewenstein (Défi). Rappelant que « tout projet de transformation du ring doit rencontrer les objectifs bruxellois en termes de sécurité routière et de mobilité », le ministre-président insiste sur l’importance de construire une vision commune avec la Flandre. « Force est de constater que nous ne disposons pas de cette vision commune. Pas encore en tout cas. » En cause, notamment : l’absence de consensus sur la question des parkings de transit voulus par Bruxelles, ainsi que sur un plan d’investissements pour les transports en commun. Et le ministre-président de conclure : « Alors, quelles sont les prochaines étapes ? La concertation, encore et encore (…)  Le gouvernement flamand se trouve dans le même état d’esprit. Nous avançons ». Le collectif citoyen trouvera-t-il dans ces explications le positionnement tranché qu’il attendait ? On peut légitimement en douter.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Pollution|Pollution de l'environnement|Région flamande|Belgique
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite