Accueil Société Régions Bruxelles

Désenclaver le quartier Esseghem

Jette a reçu le feu vert régional pour un second contrat de quartier. La cité Esseghem du Foyer jettois est au cœur du projet.

Journaliste au service Bruxelles Temps de lecture: 3 min

Ceci est bien un contrat de quartier. Lors du dernier appel à projet, la commune de Jette a reçu une enveloppe de 14,7 millions d’euros pour mener à bien la rénovation du quartier Esseghem. Sous le nom de code de contrat de quartier durable Magritte, Jette prévoit surtout la rénovation des espaces publics qui bordent la cité du Foyer jettois.

Ce contrat de quartier durable dispose d’un périmètre d’intervention délimité par les rues Léopold Ier, de l’avenue Woeste, du boulevard De Smet de Naeyer, du chemin de fer au nord et de Laeken à l’est. « Nous sommes aux confins de la commune, explique le bourgmestre Hervé Doyen (CDH). Le quartier du Foyer jettois est totalement enclavé entre le chemin de fer et le projet Hippodrome sur le territoire de la Ville de Bruxelles. On remarque qu’à part les habitants, personne n’y va. Et ceux qui y vivent, ont tendance à ne pas sortir du quartier. Nous voulons donc casser ces barrières physiques et psychologiques en réaménageant l’espace public et en mettant sur pied de nouveaux projets de cohésion sociale. »

La zone est fortement marquée par le passé industriel. Avant, on retrouvait des biscuiteries, des brasseries, des marbriers et même une usine de gaz naturel. Aujourd’hui,ce sont des friches. Le Foyer jettois doit lui faire avec un passé architectural typique des années 60. Deux tours ont déjà été rénovées mais les autres doivent aussi être en partie transformées. La densité est très importante puisque 4.900 vivent dans le quartier Magritte, soit 19.919 habitants/km² ce qui est trois fois plus élevé que la moyenne régionale. Néanmoins, les espaces verts y sont nombreux même s’ils ne sont pas exploités à leur juste valeur. On retrouve aussi deux types d’habitations et d’ambiance avec une zone occupée par la classe moyenne et une autre par les locataires sociaux.

Travailler l’espace public

« Le bureau d’études qui a fait le diagnostic préconise de reconnecter le quartier avec le reste de la commune. Cela passe notamment par la création de nouveaux chemins piétons, explique Hervé Doyen. La commune doit mettre un minimum de 5 % de l’enveloppe globale mais nous pensons que cela sera plus. Tout dépendra des projets qui seront finalement menés. »

Le site d’Esseghem
Le site d’Esseghem - Arter.

Le contrat Magritte comprendra peu de nouveaux logements. Quelques parcelles devront être acquises par le pouvoir public afin de mieux redessiner de petits îlots. Par contre, comme dans tous les contrats de quartier est prévue une nouvelle crèche communale d’une vingtaine de places. A cet équipement s’ajouteront un potager collectif ainsi qu’une serre aquaponique. L’eau aura une place importante avec un projet pilote de gestion collective des eaux de pluie. Un bassin infiltrant au milieu d’un pocket parc récupérera les eaux des toitures et des parcelles voisines pour un réemploi collectif. En plus, la rue des Augustines deviendra une rue éco-exemplaire avec une verdurisation de la voirie.

Côté planning, tous les projets devront voir le jour avant 2022. Le dossier est déjà à l’enquête publique jusqu’au 23 mars. Un mois plus tard, le dossier sera déposé à la Région pour approbation.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo