Le divorce Nethys-Resa va faire perdre 20 millions à Liège, selon son bourgmestre

© Photo News
© Photo News - Photo News

Conseil communal de Liège, lundi soir. Question sur le potentiel rapprochement entre Ores et Resa, les deux principaux gestionnaires de réseau de distribution de gaz et d’électricité en Wallonie. Resa, c’est le bébé des communes et de la Province de Liège, vache à lait de Nethys, elle-même logée dans l’intercommunale Publifin. Mais «l’affaire», a poussé la commission d’enquête du parlement wallon à décréter que le monopole de Resa ne pouvait plus rester dans Nethys, qui gère d’autres activités concurrentielles.

Willy Demeyer, bourgmestre, répond par un chiffre. « La scission de Resa représente une perte de valeur pour Publifin de 200 millions d’euros. Nous en détenons près de 10 %, c’est donc une perte d’au moins 20 millions pour Liège », assure le socialiste. Il ajoute que la fin des synergies entre Resa et Nethys coûterait 30 millions par an au groupe Nethys. Demeyer tient ces chiffres « d’administrateurs de Publifin », mais ne fournit pas de note de calcul explicative. Il ajoute « défendre les intérêts de Liège. La scission Resa/Nethys est contraire à nos intérêts, car elle nous fera perdre de l’argent. Je dois m’y opposer ».

Un bourgmestre suivi par la cheffe de file libérale, Christine Defraigne, qui « ne veux pas que l’énergie coûte plus cher aux Liégeois, que Liège soit flouée, perde des dividendes, que l’activité économique disparaisse ».

> Pourquoi Liège se rebelle contre le parlement wallon? Une analyse à lire sur Le Soir+

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Il y aura un décumul. Il n’y a personne qui sera bourgmestre et député chez nous, c’est très clair
», explique Olivier Maingain. © Dominique Duchesnes.

    Malgré le décumul, les bourgmestres Défi pourront se présenter aux régionales

  2. Dmitri Rybolovlev aux côtés du prince Albert dans la tribune de l’AS Monaco
: une proximité qui suscite des interrogations. © Reuters.

    Football Leaks: les amitiés suspectes du patron de l’AS Monaco dans la Principauté

  3. Le mot d’ordre des citoyens qui se sont mobilisés
: améliorer le pouvoir d’achat. Avec une pancarte au slogan explicite.

    «Stop aux taxes»: les gilets jaunes ont bloqué la raffinerie de Feluy

  • La vitalité civile, une ressource qu’il ne faut pas négliger

    Alors, Docteur ? Le diagnostic posé par la Fondation Roi Baudouin est sans appel : il n’y a jamais eu autant de collectifs citoyens en action. Près de 250 sont nés durant les deux années 2015-2016 sur lesquelles porte l’étude qu’il a réalisée. L’autre constat est tout autant sans appel : depuis la crise financière de 2008-2009, ce nombre ne cesse de croître. Faut-il s’en inquiéter ?

    Au contraire ! Que voilà une bonne nouvelle. Au sein de la société, des hommes et des femmes...

    Lire la suite