Le divorce Nethys-Resa va faire perdre 20 millions à Liège, selon son bourgmestre

© Photo News
© Photo News - Photo News

Conseil communal de Liège, lundi soir. Question sur le potentiel rapprochement entre Ores et Resa, les deux principaux gestionnaires de réseau de distribution de gaz et d’électricité en Wallonie. Resa, c’est le bébé des communes et de la Province de Liège, vache à lait de Nethys, elle-même logée dans l’intercommunale Publifin. Mais «l’affaire», a poussé la commission d’enquête du parlement wallon à décréter que le monopole de Resa ne pouvait plus rester dans Nethys, qui gère d’autres activités concurrentielles.

Willy Demeyer, bourgmestre, répond par un chiffre. « La scission de Resa représente une perte de valeur pour Publifin de 200 millions d’euros. Nous en détenons près de 10 %, c’est donc une perte d’au moins 20 millions pour Liège », assure le socialiste. Il ajoute que la fin des synergies entre Resa et Nethys coûterait 30 millions par an au groupe Nethys. Demeyer tient ces chiffres « d’administrateurs de Publifin », mais ne fournit pas de note de calcul explicative. Il ajoute « défendre les intérêts de Liège. La scission Resa/Nethys est contraire à nos intérêts, car elle nous fera perdre de l’argent. Je dois m’y opposer ».

Un bourgmestre suivi par la cheffe de file libérale, Christine Defraigne, qui « ne veux pas que l’énergie coûte plus cher aux Liégeois, que Liège soit flouée, perde des dividendes, que l’activité économique disparaisse ».

> Pourquoi Liège se rebelle contre le parlement wallon? Une analyse à lire sur Le Soir+

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand_Demany

    Quand les communistes, aïeux du PTB, gouvernaient en Belgique

  2. @Belga

    Footbelgate: après 10 jours de séisme, «the show must go on» mais le traumatisme demeure

  3. En novembre 2017, un premier arrêt de travail avait paralysé l’administration wallonne.

    Une grève des fonctionnaires wallons pour «un goût de trop peu»

Chroniques
  • Eh non, tout le monde ne peut pas être prof

    P ourquoi le statut social du professeur est-il si bas en Belgique ? Parce que tout le monde est persuadé qu’il pourrait lui aussi faire le job. Tirer vers le haut le statut du professeur est fondamental. » Ce conseil était donné en juin dernier par Andreas Schleicher, l’homme qui, depuis la direction « Education et Compétences » de l’OCDE, chapeaute les fameuses enquêtes Pisa constatant tous les trois ans à quel point la qualité de l’enseignement francophone belge est très moyenne....

    Lire la suite