Accueil Culture Cinéma

Christian Vincent: «Mon film a une vertu pédagogique»

Vingt-cinq ans après « La discrète », Christian Vincent retrouve Fabrice Luchini. Dans son dixième long-métrage, « L’hermine », il en fait un président de cour d’assises pour plonger le spectateur au cœur de l’expérience de la démocratie. Ce qui valut un Prix d’interprétation pour l’acteur au dernier Festival de Venise. Entretien.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

Christian Vincent se dit de nature plutôt contemplative. Pourtant, il est déjà sur son prochain film, Ma France, qu’il espère tourner en mars, à Calais. «  Ça n’a presque rien à voir avec les migrants, mais l’héroïne est une jeune Marocaine, mariée à un Français, et vivant sur place. Elle a le malheur d’être belle et de plaire énormément, trop, aux hommes qu’elle a croisés. C’est une manière de dire que la France est composée de tout cela. De gens qui ne font pas spécialement parler d’eux  », nous confie-t-il avant d’ajouter qu’il a aussi un autre projet, celui de tourner avec une actrice très connue, à partir de la maternité de Saint-Denis. «  C’est un lieu incroyable, la plus grande maternité de France, où se retrouvent toutes les communautés possibles. C’est ça qui m’intéresse dans la société, tous ces lieux où les gens se croisent. Dans ces lieux, la vérité souvent surgit.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs