Black is the new black, la nouvelle tendance déco

Dans cet article
Depuis quelques années, l’usage du noir s’est décomplexé et ne se limite pas à de petites touches.
Depuis quelques années, l’usage du noir s’est décomplexé et ne se limite pas à de petites touches. - DR

En parcourant le Palais 11, les visiteurs de Batibouw n’auront pas manqué de remarquer qu’aux côtés des habituelles cuisines blanches et colorées, on retrouve désormais de plus en plus de modèles noirs.

Un peu comme dans le domaine de la mode, ce sont les grands créateurs qui ont donné le ton – notamment à la foire EuroCucina de Milan –, puis le noir s’est répandu depuis deux ou trois ans chez les cuisinistes offrant des solutions pour le plus grand public. « Nous observons beaucoup de demandes pour cette couleur, sans doute parce que les gens cherchent aujourd’hui à avoir des pièces cosy dans la maison », confie-t-on chez Kvik.

Le ton peut sembler audacieux pour une cuisine, mais son usage est devenu parfaitement décomplexé et ne se limite pas à de petites touches ni simplement au mobilier !

Le noir se décline en effet dans presque tous les éléments de la cuisine, des poignées de portes aux éviers en passant par les gros et petits électroménagers. « On trouvait déjà par le passé des fours noirs, mais la plupart du temps, il s’agissait de matériaux peints, constate Stéphane Evrard, Director Eggo Project. Désormais on retrouve des appareils avec des surfaces vitrées complètement noires et dont l’esthétisme est bien plus soigné et contemporain. »

Cette tendance s’applique aux surfaces de cuisson et aux fours, mais aussi aux lave-vaisselle ou encore aux frigos. Il est ainsi possible d’obtenir une vraie homogénéité noire en combinant meubles et appareils encastrés pour un effet des plus chics.

Contrastes

Le noir étant une couleur sombre, on a toutefois tendance « à l’utiliser dans des cuisines naturellement lumineuses, ou dont on accroît l’éclairage artificiellement », confie-t-on encore chez Kvik.

Une autre solution souvent employée est de jouer sur les contrastes. Il est possible d’adoucir une cuisine noire avec des murs vieux rose et un sol boisé, de lui donner du « peps » avec des accessoires colorés ou encore de trancher l’aspect sombre avec quelques éléments de mobilier. « On peut par exemple associer une cuisine noire avec un plan de travail ou des niches blanches, illustre Stéphane Evrard. La combinaison avec des matériaux naturels comme le bois est également très appréciée car elle apporte beaucoup de chaleur et de raffinement. »

Le noir peut aussi créer des styles totalement différents dans la cuisine selon les finitions choisies. Avec des meubles mats et un ensemble minimaliste, la couleur a des accents danois comme le démontre par exemple le modèle Bordo Black de Kvik.

En combinant le noir au bois, à des portes vitrées et des moulures, on obtient un style rétro et design comme la cuisine Bistrot d’Eggo.

Et puis, la cuisine noire peut aussi revêtir un style brillant avec des solutions comme le plan de travail en quartz Negro Stellar de Silestone qui est doté de petits miroirs pour créer des jeux de lumière.

Bref, le noir n’a plus de limite dans la cuisine. Reste la question de l’entretien qui, de l’avis des cuisinistes, peut effrayer certains acheteurs. Néanmoins, avec une combinaison intelligente des couleurs et finitions, la maintenance ne doit pas s’avérer beaucoup plus compliquée que pour une cuisine blanche.

Aussi dans la salle de bains

Par Marie-Eve Rebts

© D.R.

On retrouve également la tendance noire dans les autres pièces de la maison, y compris la salle de bains. La couleur peut s’introduire par touches, par exemple au niveau des robinets, des radiateurs, de la colonne de douche, de l’évier ou encore des accessoires. Pour ceux qui souhaitent un choix plus affirmé et plus visible, il est désormais possible de trouver des cabines de douche noires, mais aussi toutes sortes de meubles spécifiques dans des matériaux variés qui rendent l’effet noir plus ou moins profond. Reste également la solution du mur noir, le plus souvent combiné à des éléments plus lumineux, pour harmoniser la pièce.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. US-MINNEAPOLIS-REACTS-TO-VERDICT-IN-DEREK-CHAUVIN-TRIAL

    Derek Chauvin coupable du meurtre de George Floyd, Minneapolis respire

  2. Bénédicte Linard: «Dans ce plan, il n’y a plus de proposition de tenir un festival de 70.000 personnes au mois de juillet...»

    Déconfinement: nouvelle déception en vue pour la culture? La ministre Linard se dit «inquiète»

  3. Image=d-20201211-GK9YQ0_high[1]

    Mue imposée pour l’enseignement spécialisé

La chronique
  • Et sinon, à part ça?

    C’est le voisin, la collègue, la famille, le dentiste, les copains, c’est tous ceux qu’on croise, tous ceux qu’on appelle. On démarre tranquillement sur le soleil, le boulot, les enfants, comme on l’a toujours fait, et voilà qu’irrévocablement, irrémédiablement, il se pointe : le coronavirus. Comme un gros malpoli qu’il est, sans prévenir, sans qu’on l’ait invité.

    Tous les dialogues se ressemblent désormais : « Oui, je fais des pompes et des abdos, histoire de garder la forme (appareillage tout en douceur, la mer est calme). Quoi ? Non, c’est pas les muscles, je me frotte le bras parce que j’ai un peu mal, je me suis fait vacciner hier (paf, l’iceberg !). C’est fou, avec Patrick, on s’est inscrits le même jour et lui, on l’a envoyé à Ronquières et moi, à Tubize. Lui Astra et moi Pfizer ! Quel bordel, tu y comprends quelque chose, toi (glou glou glou) ? »

    Avec ses variants : (anglais) « Sorry, sweetie, I didn’t call you back : I got it ! » (et autres) « ...

    Lire la suite

  • Trop peu, trop tard pour la culture: la mèche d’une explosion annoncée

    Trop peu, trop tard ? C’est le risque que court le Codeco, rassemblant ministres du fédéral et ministres-présidents des Régions et Communautés.

    Ce vendredi, ils tiendront leur première vraie réunion étiquetée « culture » après des mois de silence, de « on verra plus tard », d’absence de mention du secteur dans les décisions prises pour lutter contre la pandémie ou dans les perspectives données, sans parler de la gifle répétée du « non-essentiel »....

    Lire la suite