Catalogne: Carles Puigdemont renonce à briguer la présidence (vidéo)

Carles Puigdemont a prononcé son discours devant les drapeaux catalan et européen © Reuters
Carles Puigdemont a prononcé son discours devant les drapeaux catalan et européen © Reuters

Alors que le parlement catalan a adopté jeudi une motion dénonçant la « dérive autoritaire » de l’État espagnol et défendant la « légitimité » de l’indépendantiste Carles Puigdemont, président régional destitué par Madrid, ce dernier a annoncé qu’il renonçait à briguer la présidence catalane.

« J’ai informé le président du parlement catalan que, de manière provisoire, il ne présente pas ma candidature à l’investiture comme président », a dit M. Puigdemont, qui serait arrêté s’il rentrait de Belgique en Espagne. Son groupe propose en tant que candidat Jordi Sanchez, le président d’une association indépendantiste emprisonné.

« Dans les conditions actuelles, c’est la seule façon de pouvoir former un nouveau gouvernement, le plus rapidement possible », a-t-il dit, pour expliquer ce retrait.

Appel à une médiation internationale

Dans un discours pugnace au ton solennel, devant les seuls drapeaux catalan et européen, M. Puigdemont a fustigé « les abus de l’État espagnol » qui cherche selon lui à « criminaliser l’indépendantisme ».

« La Catalogne a gagné le droit à se convertir en une république indépendante », a-t-il réaffirmé. « Cet objectif est incontournable et c’est pourquoi il faudra continuer à faire de la politique depuis l’intérieur et depuis l’extérieur » du pays, a-t-il dit.

Il a réaffirmé que «  la seule solution à un conflit politique est la politique » et de nouveau souhaité une médiation internationale.

M. Puigdemont a en outre annoncé qu’une équipe d’avocats internationaux avait présenté jeudi une plainte en son nom contre l’État espagnol devant le comité des droits de l’homme des Nations unies, pour activement défendre ses droits.

L’impasse depuis le 27 octobre

Cette annonce intervient après des semaines de blocage politique de la Catalogne, depuis que la Cour constitutionnelle a barré la route à une nouvelle investiture de M. Puigdemont, installé en Belgique où il échappe pour l’instant aux poursuites de la justice espagnole pour « rébellion et sédition ».

Le 27 janvier, la Cour constitutionnelle a considéré que son investiture à distance était illégale et qu’il devrait dans tous les cas, s’il souhaite être investi, rentrer au risque d’être arrêté et obtenir l’autorisation du juge chargé de l’enquête le visant. Une session prévue le 30 janvier pour l’investir avait du coup été ajournée.

La Catalogne, une région de 7,5 millions d’habitants est placée sous la tutelle de Madrid depuis la proclamation, restée sans effets, le 27 octobre à Barcelone d’une «  République catalane ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Maxim Toller et Renaud Molders-Pierre, les avocats du prévenu, n’ont pas pu plaider.

    Il tue sa mère aimante et ne souhaite pas se défendre

  2. Le producteur bruxellois Sébastien Delloye, l’un des deux associés d’Entre chien et loup.

    Une première série belge sur Netflix: «C’est une opportunité en or»

  3. TENNIS DAVIS CUP COLOMBIA VS BELGIUM SUNDAY PRESS CONFERENCE

    Coupe Davis: la Belgique doit d’emblée… écraser la Colombie

La chronique
  • Le mauvais {œil du cyclone}

    La VRT est dans l’œil du cyclone » titrait récemment la rubrique Info de la RTBF à propos des critiques essuyées par son homologue flamande de la part de certaines personnalités politiques du Nord du pays. « Encore une expression mal utilisée, réagit un copywriter sur Twitter. L’œil du cyclone est l’endroit le plus calme de cet événement climatique. » Ce type de commentaire revient régulièrement, la saison cyclonique s’étendant sur toute l’année en matière de prescription langagière. Si la réalité météorologique est avérée, pourquoi tant de francophones s’en battent-ils l’œil ?

    Ces tours qu’on tient à l’œil

    Nous avons une conscience assez nette de l’évolution sémantique des mots. Lorsqu’une entreprise se veut agile, nous comprenons qu’il ne s’agit pas d’une qualité physique. Si votre...

    Lire la suite

  • Duel Bouchez-Ducarme: le MR s’expose, vertueux mais risqué

    Il faut d’abord saluer le formidable exercice de démocratie. La politique, ça se vit, ça se partage, ça s’expose. Et donc, pour cette raison, la campagne, sur la place publique pour la présidence du MR est un moment remarquable. D’autant plus quand dans quasi tous les autres partis francophones, les successions ont été « monarchiques » : le dauphin s’installait sans surprise sur le trône du Roi sortant. D’autant plus aussi dans un parti, le MR, qui avait ces dernières années cadenassé les discussions internes, gérées d’une...

    Lire la suite