Accueil Économie Mobilité

Comment Infrabel veut lutter contre les accidents mortels aux passages à niveau

Infrabel a dénombré 51 accidents sur des passages à niveau l’an dernier. Neuf personnes y ont perdu la vie. En dépit de ses efforts, le gestionnaire du réseau ferré peine à faire baisser ces chiffres.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Pour Infrabel, c’est un combat dont les résultats, hélas, ne sont pas à hauteur de l’énergie déployée. L’année dernière, neuf personnes ont perdu la vie dans des accidents survenus sur des passages niveau. L’exemple le plus tragique : le 19 novembre dernier, une femme de 68 ans et une fillette de 8 ans ont ainsi été tuées lorsque leur voiture a été percutée par un train. Au total, le gestionnaire de l’infrastructure a relevé 51 accidents (n’incluant pas les suicides), contre 45 en 2016 (+ 13 %). Si l’on remonte dans les statistiques, on constate que ce chiffre reste désespérément stable. « Une moyenne de dix décès par an, à l’échelle du réseau ferroviaire belges, c’est forcément un mauvais résultat, explique Frédéric Sacré, porte-parole d’Infrabel. Il y a forcément de la frustration par rapport aux efforts qu’on consent.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs