Accueil Monde

L’exciseuse : «J’étais respectée et crainte»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Une exciseuse, c’est d’abord un couteau. Car en Guinée forestière, on n’utilise pas de lames de rasoir mais un couteau en acier grossier. «  Ma grand-mère paternelle était exciseuse, raconte Jacqueline Mansare, assise devant sa maison, et à sa mort, son couteau a été transmis à ma tante. Et quand ma tante est décédée, il m’a été remis. J’avais 28 ans, j’étais désormais exciseuse  ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs