Accueil Sports Football Football belge Standard

Pro League: le Standard et Mpoku peuvent craindre une nouvelle sanction

Le club et le milieu de terrain sont poursuivis après l’incident entre Mpoku et l’arbitre de la rencontre face au Club de Bruges. L’arbitre souligne le « comportement général des joueurs du Standard ».

Temps de lecture: 2 min

Le Standard de Liège et son vice-capitaine, Paul-José Mpoku, sont une nouvelle fois sous le feu des projecteurs. Le club et le milieu de terrain, qui pourrait manquer la finale de la Coupe de Belgique, ont été poursuivis par le parquet de l’Union belge de football (URBSFA) après le match au sommet contre le Club de Bruges (1-1) dimanche dernier. Le parquet l’a annoncé vendredi.

Après le coup de sifflet final, Mpoku, pourtant remplacé en cours de partie, s’est précipité vers Alexandre Boucaut, arbitre de la rencontre. Le Liégeois n’était visiblement pas d’accord avec certaines décisions et l’a fait savoir à M. Boucaut. Il a entraîné d’autres joueurs dans son sillage, obligeant les stewards à intervenir pour protéger l’homme en noir.

M. Boucaut a inscrit cet incident dans son rapport de match, soulignant l’attitude de Mpoku et le « comportement général des joueurs du Standard ». Le parquet de l’URBSFA a décidé de poursuivre Mpoku et le Standard. Ils devront se présenter devant la commission des Litiges le 13 mars à 14 heures.

La semaine dernière, la commission des litiges d’appel de l’URBSFA avait confirmé la suspension pour deux matches, dont un avec sursis, à l’encontre de l’international congolais, qui manquera donc le match face à Malines samedi (20h) pour le compte de la 29e journée. Étant sous la menace d’un suris, Mpoku pourrait donc également louper la finale de la Coupe de Belgique contre Genk le 17 mars.

Mpoku devrait disputer le déplacement au KV Ostende lors de la 30e journée le 11 mars, sa convocation n’étant prévue que deux jours plus tard.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Standard

Standard: le retour en grâce de Selim Amallah

Invité, il y a quelques semaines, à se trouver un nouveau port d’attache, l’international marocain est aujourd’hui dans les bons papiers de Ronny Deila, qui souhaite le conserver. Amallah prendra-t-il le risque de quitter Sclessin à quatre mois de la Coupe du monde ?

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb