Accueil Culture

«Le Groupov consent à mourir, pas à disparaître»

Fondateur du Groupov, Jacques Delcuvellerie a passé sa vie à dénoncer les injustices. A 72 ans, l’éternel révolutionnaire ne baisse pas encore complètement les bras.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Comment abordez-vous ces dernières représentations de « L’impossible neutralité » ?

J’ai juste un peu peur, vu le sujet (NDLR : le conflit israélo-palestinien), qu’il y ait des perturbations. Le Théâtre national a dû annuler un débat il y a quelques jours sur le boycott culturel d’Israël. Il devait opposer le cinéaste Ken Loach et le metteur en scène Jaco Van Dormael mais le National a essuyé une telle tempête de réactions que le débat a été annulé. J’ai donc quelques craintes de remous. Nous verrons bien !

Comment expliquez-vous cette disparition du Groupov ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs