Accueil

Andrea, l’homme derrière le Baobab

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

L’immense sourire qui lui barre le visage fait presque oublier la mine fatiguée. Andrea Corta, tenace bénévole, s’agite tous les jours au camp de Baobab Experience. Entretiens avec les journalistes, discussions avec les bénévoles, échanges avec les habitants du camp, l’Italien ne s’arrête jamais. La fibre solidaire, il l’entretient depuis de nombreuses années. Après avoir baroudé en Palestine, sur la route des Balkans avec MSF, il fonde Baobab Experience avec d’autres militants au printemps 2015. Quand les migrants ont commencé à se réfugier massivement en Italie.

Andrea puise sa motivation dans le réseau européen d’activistes, qu’il estime riche : «  Que ce soit au parc Maximilien, les activistes de No Border (réseau transnational de collectifs investis dans les luttes pour la liberté de circulation et l’abolition des frontières, NDLR), les actions de Cédric Herroux, la porte de la Chapelle à Paris… On sent qu’il y a une solidarité européenne qui s’organise  ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs