Accueil Belgique Politique

Radicalisation: la Wallonie fait cavalier seul

La Région wallonne ne rejoint pas le protocole signé vendredi par la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Région Bruxelles-Capitale et une série de villes et communes. Pas par opposition politique, dit-elle, mais parce qu’elle développe son propre plan contre le radicalisme.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Des acteurs issus de différents niveaux de pouvoir se sont engagés vendredi à collaborer de manière plus étroite dans la lutte contre la radicalisation violente. Vendredi, tous ont apposé leur signature au bas d’un protocole destiné à développer les synergies entre les différents services opérationnels et à mutualiser les expertises : la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Région Bruxelles-Capitale et toute une série de villes et communes concernées (Bruxelles, Anderlecht, Molenbeek, Liège, Verviers, Namur et Charleroi).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs