Accueil Sports Cyclisme Route

Van Avermaet: «J’aime ce parfum d’héroïsme»

Greg Van Avermaet s’est épris des Strade Bianche dès sa première participation, en 2010.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le voile neigeux qui s’est déposé sur les Strade Bianche en milieu de semaine n’a pas dissimulé sa vraie nature, une identité de plus en plus forte : l’épreuve toscane est aujourd’hui bien plus qu’une mise en jambes tonique permettant de bondir, tous muscles bandés, vers Tirreno-Adriatico, qui s’ébroue quatre jours plus tard. Le périple dans les sterrati n’est pas une balade à travers les vignobles du Chianti, pas plus un lointain cousin de Paris-Roubaix, mais est devenu en l’espace de dix ans à peine une véritable classique, au parfum mâtiné d’héroïsme, dont les chasseurs de succès font un objectif à part entière.

Greg Van Avermaet est forcément de ceux-là. Parce que le numéro 1 mondial 2017 et champion olympique en titre prend le départ de chaque course pour la remporter. Et parce que le Waeslandien est tombé en amour de ces Strade, sans égales, depuis sa première participation – en 2010, alors sous le maillot Omega Pharma-Lotto.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Route

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs