Accueil Monde Europe

Roberto Saviano: «Les Italiens en colère sans trop bien savoir contre qui»

L’écrivain Roberto Saviano nous livre son analyse de la campagne électorale italienne. La critique de fond en comble d’un système par un homme pour qui « rien de ce qui est humain ne m’est étranger » (« Nihil humani a me alienum puto »).

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 9 min

La campagne électorale italienne est parfaitement ancrée dans son temps et, par divers aspects, elle l’est davantage qu’à l’étranger. Après la chute de M. Berlusconi en 2013, l’Italie s’est plongée dans une longue, pénible et interminable campagne électorale. Ponctuée par des rendez-vous électoraux – scrutins européen, régional ou municipal –, elle s’apparente à une épuisante répétition générale qui n’en finit plus, en amont de législatives dont on a longtemps ignoré la date. Depuis 2013 donc, la propagande, au sens le plus vil du terme, frappant de manière imperceptible mais sans discontinuer, a fini par faire dévier l’axe, le pivot autour duquel le pacte conclu avec les citoyens devrait tourner. L’équilibre perdu, le débat politique est rapidement passé du concret à l’ineffable, du vrai au faux. Personne ne s’en est inquiété ni n’a même cherché à rendre le faux crédible. Résultat : impossible de considérer la moindre parole prononcée durant la campagne électorale comme vraie.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs