Accueil Société

La vie très ordinaire du violeur de la Sambre

Dino Scala, surnommé le « violeur de la Sambre », est accusé par la justice française de 19 faits de viols et d’agressions sexuelles. L’inculpé a avoué avoir agressé une quarantaine de victimes, dont plusieurs sur le territoire belge.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Pendant trente ans, Dino Scala a violé des femmes de tous âges. Pendant trente ans, il a réussi à passer entre les mailles du filet, en partie grâce à une image d’homme banal. Joint par téléphone vendredi, son employeur décrit un homme à la vie apparemment sans problème, sans à-coups. « On est choqués, explique un membre de la direction de cette société qui souhaite rester anonyme. Au niveau professionnel, c’était quelqu’un de correct, apprécié au travail. On ne le voyait guère au siège social. Il travaillait principalement à l’extérieur. Dino n’a jamais eu de gestes ou de regards déplacés envers moi ou ma collègue ». Irréprochable, jamais malade, se présentant à son poste quelques minutes après l’agression d’Erquelinnes, survenue le 5 février dernier. Comme si de rien n’était. « Il prenait son travail entre 7h15 et 7h30 et faisait ses 7 heures de boulot. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs