Un homme condamné pour sexisme dans l’espace public, une première en Belgique

Un homme condamné pour sexisme dans l’espace public, une première en Belgique

Une première condamnation pour sexisme dans l’espace public a été rendue envers un jeune homme qui s’en est pris à une policière, la disqualifiant en raison de son sexe. La section néerlandophone du tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné l’individu à une amende totale de 3.000 euros, rapporte Le Soir mardi qui a eu accès au jugement.

Pour la première fois, un chef d’accusation de sexisme dans l’espace public a été retenu et a abouti à une condamnation. Ce jugement, en vertu de la « loi sexisme » adoptée en 2014, condamne le prévenu à une amende de 500 euros, majorée des décimes additionnels – soit actuellement une multiplication par six, donc une somme totale de 3.000 euros – pour des propos sexistes tenus dans l’espace public, ainsi que pour outrage à agent et menaces.

En cas de non-paiement dans les délais légaux, le prévenu devra purger une peine de prison d’un mois.

Les faits s’étaient déroulés en juin 2016, lors d’une interpellation pour une infraction au code de la route, le jeune homme s’en est pris à une policière, l’insultant en raison de son genre.

Les chefs d’accusation retenus par le tribunal ont été l’atteinte grave à la dignité de la personne en raison de son sexe, l’outrage à agent et les menaces.

Ce qui relève complexe à poursuivre

« C’est la première fois que nous avons utilisé cette loi pour poursuivre quelqu’un, explique Gilles Blondeau, le porte-parole du parquet du procureur du Roi de Halle Vilvorde. Il est assez fréquent que des personnes interpellées par la police profèrent des injures et des menaces. Mais s’en prendre personnellement à une policière en raison de son sexe, c’est particulier. C’était un bon cas pour tester cette loi : un cas concret et très clair, avec de nombreux témoins.  » Ce n’est évidemment pas toujours le cas. Pour ce magistrat de presse, tout ce qui relève d’expressions verbales (menaces, insultes, propos racistes, etc.) reste complexe à poursuivre. La loi visant à combattre le sexisme dans l’espace public ne déroge donc pas à la règle.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite