Accueil Société

Comment se protéger en cas d’accident nucléaire (vidéo)

Les ministres de l’Intérieur, Jan Jambon et de la Santé publique, Maggie De Block, ont lancé une campagne d’information dans le cadre de la sortie du nouveau plan d’urgence nucléaire.

Temps de lecture: 2 min

Si un problème se produisait dans l’une des centrales nucléaires belges, comment réagir? Pour préparer la population belge à faire face à un hypothétique accident nucléaire, une campagne nationale d’information est lancée mardi, ont annoncé les ministres de l’Intérieur, Jan Jambon et de la Santé publique, Maggie De Block, à l’occasion de la présentation du nouveau plan d’urgence nucléaire.

«Les autorités font le maximum pour sécuriser les installations nucléaires» mais un risque existe toujours, a souligné Jan Jambon. Pour mieux informer la population sur les risques et l’attitude à adopter en cas d’accident, un site web (www.risquenucleaire.be) est ainsi disponible depuis mardi. Une vidéo va aussi être diffusée sur les réseaux sociaux pour résumer comment se protéger. Soit se mettre à l’abri, fermer les portes et fenêtres ainsi que les systèmes Entrée en vigueur du nouveau plan d’urgence nucléaire

Cette campagne est lancée à l’occasion de l’entrée en vigueur du nouveau plan d’urgence nucléaire, dont la précédente version datait de 2003. La principale adaptation consiste en la distinction d’une zone de planification d’urgence et une zone d’extension. La première comprend comme mesures la mise à l’abri et la prédistribution d’iode jusqu’à 20 kilomètres autour d’une installation nucléaire ainsi que l’évacuation de la population résidant jusqu’à 10 km autour d’une centrale.

La nouvelle zone d’extension s’étend elle jusqu’à 100 km autour des installations, ce qui couvre concrètement tout le territoire belge. Les mesures d’urgence peuvent y être appliquées en cas d’accident, avec la mise à l’abri et la prédistribution d’iode pour les groupes-cibles, soit les enfants jusqu’à 18 ans, les femmes enceintes et celles qui allaitent.

Par ailleurs, les pilules d’iode sont disponibles gratuitement dans toutes les pharmacies depuis ce mardi. Elles sont destinées aux personnes vivant jusqu’à 20 kilomètres autour d’une installation nucléaire ainsi qu’aux groupes cibles plus vulnérables. Aucune vérification ne sera toutefois opérée par le pharmacien pour constater que l’on se situe dans l’un de ces groupes. Une brochure d’information sera tout de même distribuée aux personnes venant chercher des comprimés.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par stals jean, mardi 6 mars 2018, 15:02

    Cette campagne préélectorales déguisée et faite sous le couvert des risques encourus par les populations en cas de champignons atomiques belgo-belge est un véritable et ignoble scandale. Se foutre à ce point de la gueule des citoyens, et cela, relayé par les médias aux ordres, quelle imposture politicienne de plus. Les collabos qui nous gouvernent ne sont pas à une imposture près,ça on sait ...Bien entendu que les risques de contaminations de produits radioactifs répandus et pas que dans l'atmosphère existent. Mais ils existent depuis que le premier réacteur à vu le jour, et à l'heure présente il y a dans le Monde quelques 400 sites qui produisent de l'électricité d'origine "nucléaire" sans compter les lieux de stockages, sans compter les milliers de réacteurs nucléaires des militaires en tous genres, sans compter les milliers de bombes comme celle qui a réduit en quelques secondes Hiroshima en cendre...Distribuer aux citoyens des pastilles d'iodure de potassium pour parer aux nuages de produits radioactifs qui s'échapperaient de Tihange ou de Doel c'est comme si on distribuait des parachutes aux passagers des avions ... Si la docteresse Dé Block, n'évoque pas toutes les autres substances radioactives que les citoyens avaleraient et respireraient en cas d'accident nucléaire, elle trompe sciemment les gens. Je ne dis pas que ces pastilles d'iodure de potassium sont inutiles pour protéger dans certains cas la thyroïde des humains, je dis que c'est une supercherie crapuleuse de faire croire aux gens qu'avec la prise en temps utiles de ces pastilles bien spécifiques, ils seraient immunisés...Avec cette distribution nationale c'est certains, les fabricants de ces "bombons miraculeux" rigolent comme des bossus...En cas d'accident nucléaire majeur je préconise plutôt, comme le ferait l'équipe du "Charlie Hebdo", de distribuer tout aussi gratuitement bien entendu des pastilles de cyanure à croquer... Et en priorité à ceux qui vivent dans un rayon disons, de vélo, des réacteurs dont il est question, ici et maintenant.. Les martiens s'ils nous observent à la loupe doivent bien rigoler...

  • Posté par Lambert Paul, mardi 6 mars 2018, 13:03

    en fait la vraie question est : pourquoi tout à coup cet engouement pour cela y aurait il un nouveau risque par rapport à avant risque d'accident dans une centrale risque d'attentat nucléaire et en fait cela va changer quoi en cas d'accident.......vu que en cas d'accident le risque de contamination va durer des dizaines d'année, regarder tchernobyl fukujima et quid si centrale dans un pays voisin un emplâtre sur une jambe de bois

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko