Délicatesses «collectibles»

Edition numérique des abonnés

Inédit et unique en son genre, conçu comme une plate-forme fédératrice au cœur de l’Europe, « Collectible » réunit au Vanderborght les principales galeries, studios et créateurs internationaux dans le domaine du design contemporain, avec des participants originaires de Belgique, de France, des Pays-Bas, du Royaume-Uni, d’Italie, des États-Unis, de Russie, de Suisse ou encore du Danemark. À la pointe de la création, tous ont été sélectionnés par un comité composé de quatre personnalités renommées dans le milieu du design : Jan Boelen, Tony Chambers, Maria Cristina Didero et Pascale Mussard.

Fondatrices du salon, Clélie Debehault et Liv Vaisberg sont parties du constat suivant : « Aujourd’hui, parmi les pièces de design de collection proposées à Paris, Londres, Bâle ou Miami, et dont les prix rivalisent avec ceux des autres œuvres d’art contemporain, on trouve essentiellement des créations du milieu du XXe siècle, des pièces vintage ou de design historique. Un salon comme celui-ci n’existe pas alors que les publics amateurs présents à Bruxelles sont très actifs et s’enthousiasment pour les nouveautés.  »

Les visiteurs de cette première édition se verront ainsi proposer exclusivement des créations récentes, uniques ou en éditions très limitées, pour apporter une fraîcheur nouvelle au milieu de l’art et du design. Une prise de position radicale qui a séduit le comité de sélection et enthousiasmé les galeries, les collectionneurs et les amateurs. Organisé en même temps que la Tefaf à Maastricht, « Collectible » entend évidemment attirer le public de professionnels et de collectionneurs de passage par la Belgique à cette époque de l’année.

Gosserez, Maximilian Michaelis lampe.

Ambitieux et novateur

Actives depuis plus de dix ans au sein du milieu de l’art et du design, les deux fondatrices ont pensé cette foire comme un lieu de découvertes et une expérience à part entière, en invitant de jeunes designers remarqués pour leur singularité et le caractère novateur de leur démarche. Ils présenteront leurs créations à un public de collectionneurs, de professionnels, de directeurs d’institutions, de consultants, « mais aussi au plus grand nombre, intéressé par la découverte de la jeune création et du design contemporain ».

Clélie Debehault et Liv Vaisberg ont su tirer parti des espaces du Vanderborght pour créer un salon qui se parcourt davantage comme une exposition, mais où tout est à vendre : « Ça encourage les échanges, ce qui rejoint notre objectif de créer une plateforme pour tous les intervenants de ce secteur en plein développement : pas seulement les galeries mais aussi les studios de design, les musées et les designers eux-mêmes. » Ainsi, le Frac Nord-Pas-de-Calais, le CID, le Musée de Gand et le Musée Horta participent à l’événement, tout comme plusieurs magazines spécialisés qui ont décidé de scénographier eux-mêmes leur stand. Du côté des galeries, citons les incontournables Maniera, Victor Hunt et Valérie Traan pour la Belgique, Gosserez et Tools à Paris, et Camp à Milan. Parmi les designers, Xavier Lust, Ado Chale et Paulin Paulin Paulin – pour ne citer qu’eux.

Edition numérique des abonnés

« Peu de galeries sont uniquement consacrées au design contemporain : c’est un domaine en constante évolution, où le métier change sans cesse, expliquent Debehault et Vaisberg. Certains studios ou designers ne souhaitent pas passer par une galerie et exposent directement en leur nom propre, tandis que quelques galeries ont un rôle central d’éditeur et sont à la source de projets en accompagnant chaque étape du processus de création. »

Offrant une expérience inédite et globale, l’ambition de ce nouveau salon est aussi de dépoussiérer les codes traditionnels des foires en proposant une intervention scénographique originale réalisée par Richard Venlet, auteur de nombreuses scénographies mémorables comme celle du Cabinet d’Amis de Jan Hoet en 2016 ou de l’exposition Le Musée Absent au Wiels en 2017. L’expérience fait appel à tous les sens par le biais de découvertes visuelles mais également culinaires et sonores. Les institutions présenteront leurs futures expositions, permettant ainsi d’introduire le sujet de façon pédagogique pour que le public puisse identifier ce qu’est le design contemporain « de collection » : des créations à la croisée des genres, entre art et fonctionnalité. Et pour ceux qui s’inquiéteraient du budget ? « Contrairement aux idées reçues, on peut trouver des pièces de design à des prix abordables, dans la gamme des produits de chez Roche Bobois, par exemple. »

« Collectible », Vanderborght, du 8 au 11 mars, horaires variables selon les jours, 50 rue de l’Ecuyer, 1000 Bruxelles, entrée de 10 à 18 euros,

www.collectible.design

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Photo News.

    En vingt ans, la connaissance du néerlandais a chuté à Bruxelles

  2. Les dirigeants européens ont observé une minute de silence en mémoire des victimes de la fusillade de Strasbourg, ce jeudi à l’ouverture du sommet de Bruxelles.

    Pour Charles Michel, Brexit et crise belge, même combat!

  3. Assita Kanko assure se sentir comme un poisson dans l’eau au sein de sa «
nouvelle famille politique
». © Sylvain Piraux.

    Assita Kanko: «Je serai candidate sur une liste N-VA»

Chroniques
  • Lettre du Brexit: un processus digne d’un sketch des Monty Python

    Par Marc Roche

    Dans un sketch des Monthy Python, Michael Palin déclare : «  le monde est un endroit absurde et ridicule  ». Quel rapport y a-t-il entre ce gag et le vote de défiance interne au parti conservateur, remporté avec une majorité plus courte que prévu, par la Première ministre, Theresa May ?

    A priori, aucun. Quoique, comme l’indique l’hebdomadaire The Economist, «  depuis le référendum, la nation sage, pragmatique, terre à terre et fondamentalement sensible ressemble à un membre de la famille devenu dingue  ».

    Jugez plutôt. Même si elle est sortie indemne du scrutin de tous les dangers, qu’elle ne peut pas être renversée pendant un an, l’autorité de Theresa May est plus que jamais fragile. Le Parlement ressemble à une serre portée à haute température où s’exacerbent les rancœurs, les jalousies et les...

    Lire la suite

  • Theresa May sauvée, rien n’est réglé

    Theresa May a donc sauvé sa place de Première ministre, dans cet exercice démocratique si particulier aux Britanniques d’un vote de défiance interne au parti Tory, déclenché par ses propres députés.

    Theresa May sauvée, rien n’est réglé pour autant dans cet enjeu presque existentiel pour son pays qu’est le Brexit. Pour convaincre une majorité de ses députés – plutôt faible car privée d’un tiers des troupes – la dirigeante conservatrice a dû promettre qu’elle s’effacerait une fois le Brexit réalisé et...

    Lire la suite