Accueil Sports Football Diables rouges

Mondial 2018: le Conseil des femmes dénonce le sexisme de Damso auprès des sponsors

« Ses textes sont remplis de dégoût, de mépris et de violence verbale envers les femmes », affirme l’organisme, qui regroupe des associations de lutte pour l’égalité entre hommes et femmes.

Temps de lecture: 2 min

Le Conseil des femmes s’indigne mardi du choix du chanteur Damso pour le nouvel hymne de l’équipe belge en vue du prochain mondial de football. Dans une lettre ouverte adressée aux sponsors des Diables rouges, il dénonce le « mauvais signal » donné par la fédération belge de football (URBSFA).

Le Conseil des femmes désire pousser la fédération à annuler sa collaboration avec Damso. Il menace en outre de déposer plainte auprès de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes si l’URBSFA ne révise pas son choix, précise le document envoyé aux dirigeants de Carrefour, AB InBev, Royal Mail, la Loterie Nationale, ING, BMW, Proximus, EDF, PwC, Coca-Cola, Adidas, Besix et Munich Re.

Langage grossier et sexiste

« La Coupe du Monde de football est un événement fortement médiatisé, qui fascine autant les hommes que les femmes et les enfants. Il est inacceptable qu’une personne comme Damso, connu pour son langage grossier et sexiste, soit le porte-drapeau de notre pays. Que dit ce choix sur notre société ? Que nous ne voyons pas de problème à diffuser des propos haineux envers la moitié de l’humanité  ? », s’interrogent les signataires.

L’organisme souligne également le contraste entre les textes du chanteur et le code éthique prôné par la fédération belge et la Fifa.

« Nous sommes confiants dans le fait que l’URBSFA se tournera vers un choix plus adapté », conclut le Conseil des femmes, qui appelle chacun à télécharger et renvoyer la lettre.

Damso a réagi en fin d’après-midi sur Twitter.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Frédéric Delrue, jeudi 8 mars 2018, 18:59

    Déjà, un hymne pour les Diables Rouges, je n'en connais qu'un seul, c'est la Brabançonne, pour le reste, c'est inutile.

  • Posté par Leener Christophe, mercredi 7 mars 2018, 13:23

    Oui, tous au bûcher ces blasphémateurs!.... ;-)

  • Posté par Lempereur Gael, mercredi 7 mars 2018, 9:56

    Pourquoi personne ne critique les Stones (par exemple) pour les mêmes raisons? Peut-être est-ce moins choquant lorsqu'un groupe de blancs vantent les drogues dures et le sexisme? Si on veut s'attaquer à ce que certains considèrent comme un problème, pourquoi ne pas s'attaquer à TOUS les textes jugés sexiste ou vantant la drogue au lieu de s'attaquer à un seul artiste?!?

  • Posté par Monsieur Alain, mardi 6 mars 2018, 18:33

    C'est loin pas la première fois que ce problème refait surface. Il serait temps que ça bouge.

  • Posté par Lempereur Gael, mercredi 7 mars 2018, 10:00

    Vous avez tout à fait raison. Ce problème date des années 60 et cela fait près de 60 ans que l'on laisse les artistes chanter ce qu'ils veulent. C'est une honte. Quand je pense qu'à chaque concert des Stones, il y a plus de 50.000 personnes qui chantent que "l'héroine est douce comme une jeune fille doit l'être" (Brown Sugar) et que personne ne les critique, c'est une véritable honte!!!!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Diables rouges

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir