René Collin sur l’affaire Veviba: «C’est un problème lié à l’industrie»

René Collin. © Belga
René Collin. © Belga

Gravité et inquiétude ». Le ministre wallon de l’Agriculture René Collin (CDH) a été informé par les autorités fédérales et l’Afsca de l’évolution du dossier Veviba. « La priorité est d’assurer une information transparente et totale aux consommateurs, dit-il. C’est de la responsabilité de l’Afsca. De leur côté, les grandes chaînes de distribution ont déjà commencé à informer leurs clients et à retirer des produits de leurs rayons ».

La seconde priorité, poursuit Collin, est de venir en appui aux éleveurs et à la filière bovine. « Notre agriculture est extensive ; les OGM et les hormones sont interdits, l’utilisation d’antibiotiques a été drastiquement réduite. Nous avons les pratiques les plus strictes en matière de bien-être animal. Mais les éleveurs vont de nouveau subir des difficultés dont ils ne sont pas responsables. Le problème que nous connaissons aujourd’hui est lié à l’industrie ! »

Manager de crise

Vu le retrait de l’agrément dont l’atelier de découpe de l’abattoir de Bastogne a fait l’objet, il faut par ailleurs, insiste Collin, « assurer la disponibilité d’un outil de remplacement pour valoriser le bétail qui va être abattu ». Enfin, explique le ministre, il faudra prendre des mesures pour que l’outil de Bastogne soit à nouveau opérationnel le plus vite possible dans le respect des normes.

Jeudi matin, le gouvernement a désigné un manager de crise au sein de la Sogepa, le bras financier de la Région. Il sera en contact avec Veviba, l’Afsca et les autorités wallonnes et dressera une « feuille de route » pour un rapide retour à la normale.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Affaire Veviba|Standards
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La grogne est perceptible dans les écoles primaires et maternelles de Wallonie et de Bruxelles.

    Le blues des directeurs des écoles maternelles et primaires

  2. «
La porte de Mme May est ouverte mais son esprit reste fermé
» a réagi un député travailliste à la chambre de Communes ce lundi.

    Brexit: Theresa May promet l’impossible

  3. ©IGOR PREYS

    Procès Nemmouche: un retour à l’effroi des premières heures qui ont suivi la tuerie

Chroniques
  • Gilets jaunes - médias: la haine face à la complaisance

    L’autre samedi, en tête du cortège de 7.000 gilets jaunes parisiens, une banderole : «  Le peuple veut la chute du régime !  »

    Respecter l’autre implique qu’on écoute et entende ce qu’il dit. Or, ce qui était dit là était explicite. Plus question de taxe carbone ou de CSG, mais la volonté affirmée d’abattre le pouvoir en place sans recourir, pour ce faire, à des élections.

    «  Macron démission !  » et, au-delà, «  renverser le régime !  ». Lequel ? La République ? La démocratie représentative ? La Ve République ?

    Dans tous les cas, on se retrouve là confronté à une intention « putschiste » avouée. Les leaders improvisés et autoproclamés du mouvement ne le dissimulent nullement, même si la plupart des gilets jaunes, ceux des ronds-points en particulier, n’entendent, eux, qu’exprimer un mal...

    Lire la suite

  • Les directions aussi attendent de la considération

    Un pilote… Vingt casquettes… La fonction de directeur est à l’école fondamentale ce que Rémy Bricka fut dans les années 70-80 à la variété française : un homme-orchestre, capable de jouer d’une demi-douzaine d’instruments en même temps. Et d’en maîtriser bien d’autres. La preuve par l’agenda d’une directrice lundi matin : signer un contrat avec une nouvelle enseignante, recevoir un couple de parents dépassés, répondre aux sollicitations de l’Afsca, gérer un dossier...

    Lire la suite