Accueil Société

Veviba, le spectre d’un scandale sanitaire

L’entreprise bastognarde Veviba, abattoir et atelier de découpe filiale du groupe flamand Verbist, aurait produit du haché en intégrant des morceaux animaux « potentiellement à risque ». Elle aurait également fraudé sur des étiquettes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

C’est un scandale à la fois sanitaire et économique qui secoue l’abattoir Veviba à Bastogne et atteint la filière bovine belge de même que la grande distribution. Depuis quelques jours, l’atelier de découpe et de transformation et l’entrepôt frigorifique de l’entreprise qui emploie plus de 250 personnes sur son site luxembourgeois ont été mis sous scellés et leur agrément retiré. Jeudi, des milliers de produits à base de viande ont été retirés des rayons de grandes surfaces. L’affaire est clairement une « fraude », accuse le ministre fédéral de l’Agriculture, Denis Ducarme (MR), responsable de la sécurité de la chaîne alimentaire. Veviba est une filiale du puissant groupe flamand Verbist, troisième acteur du secteur de la viande en Belgique.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Lambotte Serge, vendredi 9 mars 2018, 10:30

    Chaque année, le magazine économique Trends-Tendances attribue ses Gazelles à trois entreprises qui prospèrent dans la province et au-delà. Pour 2017, Veviba a reçu le prix ce mercredi 22 février dans la catégorie des grandes entreprises. Il s’agit évidemment d’une grande fierté que la Direction souhaite partager avec l’ensemble des collaborateurs qui oeuvrent tous les jours à cette réussite.

  • Posté par Bernard Dropsy, vendredi 9 mars 2018, 10:30

    Lespagnard Frans. Il est bien évident que cet abattoir fonctionnait déjà quand Borsu était responsable, c'est peut-être parce qu'il s'est dit que ça et les oeufs, c'était risqué, qu'il a changé de poste à la vitesse de la lumière; courage, fuyons !

  • Posté par Van Wemmel Thierry, jeudi 8 mars 2018, 23:50

    250 °C ? Il doit y avoir une erreur. L'huile de friteuse s'auto-enflamme à ces températures ! (entre 250 et 280°C). 150°C, me parait bien plus raisonnable.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, jeudi 8 mars 2018, 22:41

    Dans une société où la valeur des personnes se mesure à l'épaisseur de leur portefeuille, faut-il s'étonner que la cupidité l'emporte sur toute autre considération ?

  • Posté par Lespagnard Frans, jeudi 8 mars 2018, 22:29

    Les politiques doivent immédiatement assumer leurs responsabilités. Pour Borsu, c’est la deuxième fois, aprës les œufs contaminés....Ici, c’est un abattoir trop loin.

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs