Accueil Société

Affaire Veviba: les pouvoirs publics sont-ils responsables?

La commune de Bastogne, la province du Luxembourg et la Sogepa estiment ne pas pouvoir être mises en cause : elles sont propriétaires, pas exploitantes de Veviba.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

Les pouvoirs publics sont les propriétaires des lieux. La commune de Bastogne, la province du Luxembourg et la Sogepa n’auraient-elles pas pu, ou dû, être les premières à constater les dysfonctionnements ? De leur avis général, la responsabilité de ces autorités publiques peut difficilement être mise en cause : elles ne participent en aucune mesure à l’exploitation de Veviba.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par CLAUDE RICHEZ, samedi 10 mars 2018, 14:28

    ouiIII 18 MOIS DE REFLEXION SUITE A DEPÖT DE PLAINTE AU KOSOVO EN SEPTEMBRE 2016!!!!!!!!!!!

  • Posté par Preyat Christian , samedi 10 mars 2018, 13:00

    L'état organise des missions de contrôle de la chaîne alimentaire par l'AFSCA, non ?? Alors les contrôles de l'abattoir de Bastogne n'ont rien donné alors que les manipulations que l'on découvrent ce jour sont totalement illégales et très dangereuses pour la santé publique; à quoi sert L'Afsca ?? les différents contrôleurs "qui n'ont rien vu" lors de leurs missions précédentes sont soit incompétents soit malhonnêtes(corruption ?) comme d'habitude pas de sanction prévues; nous les consommateurs on paie mais après avoir constaté (grâce à un Kosovar !!) la fraude et la mise en danger d'autrui, pas de sanction pour les "serviteurs de l’état!!!"; si un citoyen se rend coupable de ce genre de fait, il sera condamné

  • Posté par Tanghe Michel, vendredi 9 mars 2018, 21:24

    l'Etat pourrait se voir reprocher son grand laxisme lorsque des fraudes et des actes criminels comme des tentatives de meurtre par empoisonnement sont traités devant les tribunaux. Pourrait-il en être autrement ? Se soigner devient parfois compliqué vu le manque de médecins dans certaines régions de Belgique mais c'est dans les facultés de médecine que des quotas d'étudiants sont appliqués. Pour ce qui est des facs de droit, on fabrique des avocats sans restriction aucune. Il suffit de voir le nombre d'avocats qui se lancent en politique...

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs