Grand Baromètre: Ecolo progresse partout, le PS rebondit en Wallonie

Qu’est-ce qui est vert, qui monte et qui ne descend pas ? Ecolo. La plupart des autres partis connaissent des fortunes diverses au fil de nos enquêtes, mais dans ce paysage accidenté, la courbe verte ascendante affiche une relative stabilité. C’est l’un des principaux enseignements du Grand Baromètre Ipsos-Le Soir-RTL-TVI-Het Laatste Nieuws-VTM.

Edition numérique des abonnés

Bruxelles

Dans la capitale, les écologistes sont à nouveau en progression. Ecolo passe de 12,8 à 13,5 % d’intentions de vote. Il s’agit de la sixième progression consécutive dans notre baromètre. Après avoir repris quelques couleurs, le PS décline à nouveau à Bruxelles, dans la foulée de l’affaire Gial, du nom de cette ASBL chargé de l’informatique dans la ville. Le PS passe de 17,6 à 16,6 % et cède la place de premier parti au MR, qui passe de 16,5 % à 17,8 %. On notera aussi le déclin du PTB dans la capitale. Le parti recule pour la troisième fois consécutive et passe de 12,1 % début 2017 à 7,4 % aujourd’hui. Le CDH maintient son score très faible de 6 %, à égalité avec la N-VA.

Wallonie

Surprise en Wallonie : le PS rebondit. Après cinq baisses successives, qui l’ont vu passer de 26,7 à 19,5 % des intentions de votes, le parti se ressaisit et atteint les 23,9 %. Il prend la première place au MR, qui, lui, fléchit et passe de 22,1 % à 21,2 %. Le PTB reste à un haut niveau, à 17,3 % mais perd quand même 1,6 point dans l’aventure. Tout comme à Bruxelles, Ecolo enregistre une belle performance et passe de 11 à 13,5 %. On notera aussi la poursuite du déclin du CDH en Wallonie, qui descend à 7,2 % (-1,1), soit exactement la moitié de son score électoral de 2014.

Flandre

Si c’était encore possible, la domination de la N-VA se renforce encore en Flandre. Le parti réalise le meilleur score de tous nos sondages depuis 2014, et plafonne à 31,3 %, assez proche de son score électoral de 2014 (32,4 %). En revanche, la tendance ne change pas pour ses trois poursuivants, qui sont dans un mouchoir de poche. Le CD&V est à 15,1 % (+1), le SP.A est à 13 % (+2,1), le VLD est à 12,7 (+0.5) et Groen descend à 10,4 % (-2.8). Le vert est manifestement moins en vogue en Flandre que du côté francophone.

Retrouvez le top 30 des personnalités et la projection en sièges ce samedi dans votre journal et sur Le Soir+.

Méthodologie

Cette vague de 2.496 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 983 en Wallonie, 965 en Flandre et 548 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale, a été réalisée du 27 février au 6 mars 2018. Les interviews ont eu lieu en ligne.

La marge d’erreur maximale, pour un pourcentage de 50 % et un taux de confiance de 95 %, est de +-3,1 en Wallonie, +-3,2 en Flandre et de +-4,2 à Bruxelles.

Affiliations : Esomar, Febelmar.

Élections communales 2018
 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Le président Macron en visite d’Etat en Belgique: pour quoi faire?

  2. Samedi, ils étaient environ 300.000 à travers le pays, a comptabilisé le ministère de l’Intérieur. Ils ont pris d’assaut les ronds-points, les rocades, les accès aux supermarchés.

    Pourquoi le gouvernement français n’entend pas céder aux gilets jaunes

  3. Photo News

    Rallye d’Australie: Hyundai, ou la continuité… dans la défaite!

  • Les «Gilets jaunes», un Mad Max finalement écologique

    La pollution nuit à l’homme et à son environnement. C’est un axiome.

    Or la voiture pollue. Et parce qu’elle pollue, tout doit être mis en œuvre pour que ses impacts négatifs soient réduits au maximum. Dans ce contexte, l’augmentation des accises sur les carburants est classiquement présentée comme un frein au gâchis environnemental.

    Cette évidence ne peut toutefois occulter les préoccupations des « gilets jaunes ». La hausse des taxes sur le diesel...

    Lire la suite