Accueil Sports Football Football belge Anderlecht

Roger Vanden Stock au «Soir»: «Deschacht, il nous a emm... mais quelle fidélité!» (vidéo)

Le président du Sporting nous attend dans un coin du Saint-Guidon, le restaurant du stade, pour évoquer 22 ans d’une présidence qui prendra fin ce dimanche, à l’occasion du match contre l’Antwerp.

Article réservé aux abonnés
Rédacteur en chef Temps de lecture: 14 min

Roger Vanden Stock, à la fois détendu et ému, a accepté de nous accorder deux heures d’interview. Deux heures pour évoquer 22 ans d’une présidence qui prendra fin ce dimanche, à l’occasion du match contre l’Antwerp. Une présidence où le fils de Constant a dû se faire un prénom, gérer les conséquences de l’arrêt Bosman, la transformation du football en une machine économique aussi particulière qu’opaque tout en tentant de conserver la tradition d’un club centenaire. Avec des hauts et des bas. Mais au final un sentiment du devoir accompli. « J’ai fait des erreurs, mais je suis plutôt fier de mon parcours. » Et surtout, si Vanden Stock a parfois manqué de sens stratégique ou de cynisme, c’est à cause, ou plutôt grâce à des qualités humaines qu’il a gardées jusqu’au bout.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Roosemont Charles, samedi 10 mars 2018, 12:01

    Roger,c'est quoi qu'il en dise le contraire de son père.Un homme affable,sûrement.Honnête sans aucun doute.Au contraire du tricheur Constant. Qui, lui ,n'est venu à Anderlecht que parce qu'il a raté à Bruges.Il a pleuré parce que, oui, "moi, j'ai fait ça":des sous beaucoup à cet arbitre espagnol pour battre Notthngam.Et avec son éminence grise ,Mister Michel, il a aussi "influencé" pas mal de résultats de matchs importants.Donc, oui, Roger peut s'en aller la tête haute.Et il mérite une retraite heureuse même si elle est marquée très "mauvais blancs".

Aussi en Anderlecht

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs