Accueil Société

Affaire Veviba: secouée, la filière viande se prépare à un grand nettoyage

La crise de Veviba va-t-elle entraîner une refonte en profondeur de la filière viande ? C’est le souhait des éleveurs et de la grande distribution. Il est vital pour eux de rétablir la confiance alors que des questions se posent sur la fiabilité des contrôles

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Deux jours après l’éclatement du scandale Veviba, le secteur de la viande se trouve une nouvelle fois dans le maelström. Sauf surprise, il semble que les conséquences sanitaires de la crise soient à ce stade limitées, voire très limitées. Certes, de la viande potentiellement à risque a bien été mise sur le marché, mais aucune analyse n’a prouvé de contamination. Les malversations sur les étiquettes de viande congelée en affectent la conformité mais rien n’atteste que la santé des consommateurs soit en danger.

Reste que les dégâts en termes d’image risquent d’être bien plus dévastateurs. A tous les niveaux, on craint que la crise de confiance n’atteigne durablement l’activité et le volume d’affaires. Et les déclarations inquiétantes d’employés de l’abattoir bastognard, si elles sont confirmées, ne rajouteront que de la suspicion à la méfiance. Peut-on donc encore manger de la viande sans crainte ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Mathieu Colmant, samedi 10 mars 2018, 15:23

    Fondamentalement, travaillant comme consultant dans le secteur agro-alimentaire, je peux témoigner que les contrôles des agents de l'AFSCA (inspecteurs et chargés de mission) varient très fort d'une personne à l'autre voire, malheureusement, d'une entreprise à l'autre. Et cela ne fait pas les affaires de grand monde. Par contre, qu'il y ait un manquement mineur ou un manquement majeur, la sanction est la même : une non-conformité sur le rapport. Et la sanction dépendra de la cotation attribuée à ce qui est contrôlé, pas de l'importance du manquement. Pour la traçabilité et la gestion des stocks, c'est pareil. Quand je fais un audit, je vérifie quasiment tous les produits. Quand il s'agit de coup de sonde, je sais exactement comment chercher pour trouver les erreurs et, même s'il fait froid dans un surgélateur, je peux y passer des heures pour contrôler le stock. Et on prend un, deux ou trois produits trouvés dans les stock pour attaquer la traçabilité au bureau, ce que je n'ai que très rarement vu faire par les inspecteurs et auditeurs de l'agence. Au final, j'accorde bien plus de confiance à un audit réalisé par un auditeur indépendant, qui ne vient qu'une fois par an, qu'aux rapports de l'Agence, ce qui est bien malheureux. Et si quelqu'un de l'agence me lit, je serai ravi d'échanger avec vous pour améliorer les choses, on me connait tant dans les ULC qu'à l'administration centrale.

  • Posté par Meerschman Henri, samedi 10 mars 2018, 15:08

    que risquent les employés qui, s'ils sont envoyés au tribunal, ont en connaissance de cause, participé à ce scandale .Aucun ne s'est-il senti coupable d'empoisonner les consommateurs? Cela me sidère

  • Posté par CLAUDE RICHEZ, samedi 10 mars 2018, 14:25

    Il est inadmissible que ce scandale se produise,les acheteurs de la grande distribution devrait avoir le courage de mieux suivre leurs fournisseurs, et cesser de faire confiance à n'importe qui!.Il a fallu 18 mois pour que l' AFSCA fasse une descente avec juge d'instruction chez VERBIST à BASTOGNE, suite à dépôt de plainte déposé en septembre 2016 au KOSOVO, dans quel pays vivons- nous,????

  • Posté par Vigneron Gérard, samedi 10 mars 2018, 9:00

    Il y a bien des années que je n' achète plus de viande de ces gds groupes mais bien chez un boucher ( Gerpinnes) qui a la main mise sur toute la filière. Idem pr les légumes. VEVIBA a déjà été impliqué ds la maltraitance animale si ma mémoire est bonne!

  • Posté par Echement Marie-anne, samedi 10 mars 2018, 9:35

    Je pense aussi que c’est le bon réflexe. Ce sont les intermédiaires qui pourrissent tout et qui font de gros bénéfices au détriment du producteur qui travaille beaucoup et prend tous les risques.l’elevage d’un troupeau c’est tout un art

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs