Accueil Médias

Fake news: «Il n’y a pas un seul coupable, un seul modèle responsable»

La Bulgare Mariya Gabriel, commissaire européenne au Numérique, s’est exprimée au sujet de la désinformation en ligne. Les premières pistes pour mieux traquer les « fake news » seront présentée par la Comission le 25 avril.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Il est nécessaire de «redoubler d’efforts» contre la désinformation en ligne pendant les périodes électorales, plaide la commissaire européenne au Numérique, Mariya Gabriel, dans un entretien à l’AFP.

Mme Gabriel, 38 ans, la benjamine de la commission européenne, doit présenter le 25 avril des premières pistes pour mieux traquer les «fake news» au niveau européen.

Un dossier hautement débattu après que l’Allemagne a légiféré l’été dernier pour lutter contre la désinformation sur les réseaux sociaux et que la France s’apprête à présenter «dans quelques semaines» une proposition dans le même sens (notre analyse de ce texte qui a fuité est disponible sur Le Soir+).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Jean Pierre Oostveen, dimanche 11 mars 2018, 7:10

    A l’expression «fake news», Mme Gabriel préfère d’ailleurs le terme de «désinformation en ligne «Car nous connaissons aujourd’hui les effets pervers de l’utilisation de l’expression « fake news » qui pourrait servir à des politiques pour décrédibiliser leurs adversaires et nuire à la liberté d’expression», reconnaît-elle. ???? Une petite explication est-elle possible ?

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs