Accueil Monde France

L’enquête sur l’affaire Maëlys révélerait que sa mâchoire était cassée et qu’elle ne portait pas de sous-vêtements

Les premiers résultats d’autopsie révélés dans les médias français montrent que le corps de la fille était déjà dans un état avancé de décomposition.

Temps de lecture: 2 min

Lors d’une conférence de presse organisée le mercredi 14 février dernier, le procureur de Grenoble avait annoncé que le corps de la petite Maëlys, disparue lors d’un mariage en août, à Pont-de-Beauvoisin, avait été retrouvé après des mois de recherches intensives, dans un endroit difficile à atteindre.

Le suspect, Nordahl Lelandais, un ancien militaire avait avoué l’avoir tuée « involontairement ». Il n’avait pas vraiment d’autre issue, car quelques jours plus tôt, une trace de sang avait été retrouvée dans sa voiture.

Les premiers résultats d’autopsie révélés dans les médias français montrent que le corps de la fille était déjà dans un état avancé de décomposition. Le médecin légiste a déterminé que sa mâchoire était cassée, mais ne pouvait pas encore dire comment l’enfant avait subi cette blessure.

Abus sexuel ?

Un autre détail sinistre apparaît, la fillette ne portait pas de sous-vêtements quand elle a été retrouvée, selon les informations de Het Laatste Nieuws. Ses sous-vêtements ont été retrouvés un peu plus loin.

Cela pourrait indiquer que Maëlys a été abusée sexuellement. Le corps avait été jeté par Nordahl Lelandais depuis un certain temps. Le temps et la nature avaient repris leurs droits depuis plusieurs mois et de nombreuses traces ont déjà été effacées.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Baton Gillet Monique, dimanche 11 mars 2018, 1:42

    Je n'achète pas le Soir pour en être réduite à un torchon de bas étage, relayant le sordide dans la relation de faits divers dramatiques. Le Soir d'il n'y a guère était d'une autre tenue. Et dans le choix rédactionnel, et dans la décence de la forme

  • Posté par Baton Gillet Monique, dimanche 11 mars 2018, 1:42

    Je n'achète pas le Soir pour en être réduite à un torchon de bas étage, relayant le sordide dans la relation de faits divers dramatiques. Le Soir d'il n'y a guère était d'une autre tenue. Et dans le choix rédactionnel, et dans la décence de la forme

  • Posté par Baton Gillet Monique, dimanche 11 mars 2018, 1:42

    Je n'achète pas le Soir pour en être réduite à un torchon de bas étage, relayant le sordide dans la relation de faits divers dramatiques. Le Soir d'il n'y a guère était d'une autre tenue. Et dans le choix rédactionnel, et dans la décence de la forme

  • Posté par Baton Gillet Monique, dimanche 11 mars 2018, 1:42

    Je n'achète pas le Soir pour en être réduite à un torchon de bas étage, relayant le sordide dans la relation de faits divers dramatiques. Le Soir d'il n'y a guère était d'une autre tenue. Et dans le choix rédactionnel, et dans la décence de la forme

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une