Nicolas Verdier (Malines) soupçonne Mouscron d’avoir faussé la course au maintien: « J’espère que des décisions seront prises»

« D’ après ce que j’ai entendu, Mouscron n’a pas respecté la Pro League. C’est un manque de professionnalisme et un manque de respect. Ça ternit l’image du club. » Au micro de Proximus 11, Nicolas Verdier ne mâche pas ses mots. Le joueur, prêté par Eupen à Malines, a vécu la terrible désillusion de la descente en D1b au terme d’un scénario fou.

Un scénario qui n’a pas du tout plu à l’attaquant français qui émet de sérieux doutes. « Alors qu’on mène 2-0, Eupen réussit à en mettre 4 en 20 minutes… J’espère qu’il y aura des analyses et que des décisions seront prises » a-t-il lâché.

L’avant-centre a également partagé toute sa déception quant au résultat décevant pour Malines, pourtant vainqueur de son match (2-0 contre Waasland). « C’est dramatique et frustrant. Il y a beaucoup de déception malgré la victoire »

Verdier, qui retournera à Eupen, espère néanmoins « rapidement rejouer avec Malines. C’est un club que j’affectionne ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chef de la Défense, le général Marc Compernol est confronté à un énorme problème de recrutement depuis plusieurs années.

    Le général Compernol, chef de la Défense: «On a un énorme problème. Beaucoup de gens quittent l’armée»

  2. © Belga

    L’épidémie de grippe frappe à nos portes, que faire?

  3. Mehdi Nemmouche a renvoyé à plus tard les réponses aux questions posées par la présidente Massart.

    Nemmouche, le procrastinateur, s’énerve et réserve ses réponses

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite