Avocats: les femmes deux fois moins bien payées

Sylvain Piraux
Sylvain Piraux

C’est un secteur en forte féminisation. 45 % des avocats francophones du barreau de Bruxelles sont en fait des femmes. Et pourtant, les inégalités salariales sont encore très profondes.

Dans une enquête commandée par l’Ordre français des avocats du barreau de Bruxelles, la faculté de droit et de criminologie de l’ULB dépoussière les données concernant les hommes et femmes en noir de la capitale. Elle note notamment que les avocates gagnent en moyenne deux fois moins que leurs homologues masculins.

Il faut dire que les femmes sont globalement plus jeunes que les avocats. Dans la tranche 20-29 ans, elles sont 65 % et 53 % chez les 30-39 ans. Et puisque les avocats gagnent davantage après 40 ans...

On le constate également, dans les cabinets, les femmes sont surreprésentées parmi les collaborateurs ou les stagiaires. Alors que les hommes sont plus nombreux à travailler en commun dans un cabinet, comme associé de droit ou de fait.

D’ailleurs, révèle l’étude, de nombreuses avocats quittent le bareau lorsqu’elles sont âgées de 30 à 40 ans, optant pour un autre métier. Les choses pourraient changer, par le biais notamment d’initiatives permettant de soulager les jeunes mères.

Par ailleurs, les chiffres de l’étude objective une profession « d’acharnés du travail ». 82 % des avocats travaillent un minimum de 40 à 49 heures par semaine. Et pour 1 % d’entre eux, ils abattent même entre 80 et 109 heures hebdomadaires. Plus les avocats sont jeunes, moins ils sont satisfaits de l’équilibre entre vie privée et vie professionnelles. Pourtant, les jeunes arrivés dans la profession n’ont pas de raison d’espérer un mieux : « La charge de travail hebdomadaire semble incompressible. Le vieillissement et l’acquisition d’expérience ne semble pas permettre de réduire d’une quelconque manière le temps de travail », souligne l’auteur de l’étude.

► Les détails de l’étude sur Le Soir +

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite