SpaxeX songe à des bases sur la Lune ou Mars pour sauver l’humanité (vidéos)

Elon Musk, le milliardaire américain propriétaire de SpaceX © Reuters
Elon Musk, le milliardaire américain propriétaire de SpaceX © Reuters

La société SpaceX du milliardaire américain Elon Musk, qui a lancé en février une puissante fusée vers Mars, pourrait mener dès l’an prochain des vols-tests de son vaisseau interplanétaire, dans la perspective d’assurer la survie de l’espèce humaine, a annoncé dimanche son dirigeant.

Ce vaisseau pourra effectuer «des vols courts, des sortes d’allers-retours ascendants et descendants, probablement au premier semestre de l’an prochain», a précisé Elon Musk lors de la conférence «SXSW» à Austin, au Texas.

Assurer la survie du genre humain

Le but à long terme de ces projets est la construction de bases sur la Lune ou sur Mars, ce qui pourrait permettre d’assurer la survie du genre humain et favoriser ainsi sa régénération sur Terre en cas de troisième guerre mondiale, a expliqué le milliardaire. Dans cette perspective, «une base lunaire et une base martienne qui pourraient peut-être aider à régénérer la vie ici sur Terre seraient vraiment importants».

A 46 ans, Elon Musk, patron du constructeur de voitures électriques Tesla, est l’un des innovateurs les plus en pointe aux Etats-Unis. Sa fusée spatiale Falcon Heavy, estampillée «la plus puissante au monde», a décollé avec succès le 6 février de Floride avec pour équipage un mannequin en combinaison spatiale au volant d’une voiture électrique rouge Tesla. Sa destination est l’espace lointain, à une distance à peu près équivalente de celle de Mars par rapport au Soleil, où l’engin sera placé en orbite après que les trois lanceurs auront repris le chemin de la terre ferme.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  2. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  3. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite