Brussels Airlines: les syndicats regrettent les annonces «vagues» du patron d’Eurowings (vidéo)

© Reuters
© Reuters

Les syndicats de Brussels Airlines ne se sont pas montrés très rassurés lundi matin à l’issue d’un conseil d’entreprise extraordinaire. Le CEO d’Eurowings devait leur y présenter ses avancées vers une plus grande intégration de la compagnie aérienne belge au sein du groupe Eurowings depuis leur dernière entrevue d’il y a un mois. «Tout cela était vague et nous n’avons pas appris grand chose de plus», ont confié les organisations syndicales. Aucun changement majeur pour le personnel n’est à attendre avant la saison estivale 2019, semble-t-il.

D’après le patron d’Eurowings, le réseau européen de Brussels Airlines n’est pas profitable actuellement, au contraire des vols long courrier. «Or, il a répété que son objectif, c’était la croissance et que la compagnie devait s’intégrer dans ce schéma», explique Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE. Il faudra dès lors peut-être développer un nouveau réseau, pensent les syndicats.

Eurowings ne dispose cependant pas encore d’un plan précis sur la manière d’y arriver, semble-t-il. «Laissez nous le temps d’y travailler, faites nous confiance, voilà ce qu’on nous dit», déplore le syndicaliste.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

  3. ©News

    Anderlecht: gagner à Gand pour espérer sauver une si longue histoire européenne

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite