Brussels Airlines: les syndicats regrettent les annonces «vagues» du patron d’Eurowings (vidéo)

© Reuters
© Reuters

Les syndicats de Brussels Airlines ne se sont pas montrés très rassurés lundi matin à l’issue d’un conseil d’entreprise extraordinaire. Le CEO d’Eurowings devait leur y présenter ses avancées vers une plus grande intégration de la compagnie aérienne belge au sein du groupe Eurowings depuis leur dernière entrevue d’il y a un mois. «Tout cela était vague et nous n’avons pas appris grand chose de plus», ont confié les organisations syndicales. Aucun changement majeur pour le personnel n’est à attendre avant la saison estivale 2019, semble-t-il.

D’après le patron d’Eurowings, le réseau européen de Brussels Airlines n’est pas profitable actuellement, au contraire des vols long courrier. «Or, il a répété que son objectif, c’était la croissance et que la compagnie devait s’intégrer dans ce schéma», explique Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE. Il faudra dès lors peut-être développer un nouveau réseau, pensent les syndicats.

Eurowings ne dispose cependant pas encore d’un plan précis sur la manière d’y arriver, semble-t-il. «Laissez nous le temps d’y travailler, faites nous confiance, voilà ce qu’on nous dit», déplore le syndicaliste.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © René Breny - Le Soir

    Le prix des maisons a augmenté de 25% en huit ans

  2. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  3. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite