Brussels Airlines: les syndicats regrettent les annonces «vagues» du patron d’Eurowings (vidéo)

© Reuters
© Reuters

Les syndicats de Brussels Airlines ne se sont pas montrés très rassurés lundi matin à l’issue d’un conseil d’entreprise extraordinaire. Le CEO d’Eurowings devait leur y présenter ses avancées vers une plus grande intégration de la compagnie aérienne belge au sein du groupe Eurowings depuis leur dernière entrevue d’il y a un mois. «Tout cela était vague et nous n’avons pas appris grand chose de plus», ont confié les organisations syndicales. Aucun changement majeur pour le personnel n’est à attendre avant la saison estivale 2019, semble-t-il.

D’après le patron d’Eurowings, le réseau européen de Brussels Airlines n’est pas profitable actuellement, au contraire des vols long courrier. «Or, il a répété que son objectif, c’était la croissance et que la compagnie devait s’intégrer dans ce schéma», explique Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE. Il faudra dès lors peut-être développer un nouveau réseau, pensent les syndicats.

Eurowings ne dispose cependant pas encore d’un plan précis sur la manière d’y arriver, semble-t-il. «Laissez nous le temps d’y travailler, faites nous confiance, voilà ce qu’on nous dit», déplore le syndicaliste.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite