Accueil Société

Kouachi, Abdeslam, Tsarnaev: le djihad en famille

Il est troublant de constater à quel point les liens de sang sont fréquents dans les filières terroristes. Ce constat-là, sociologues et spécialistes du contre-terrorisme l’ont fait depuis longtemps. Et tentent depuis de l’expliquer.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

L’enquête a permis d’identifier deux frères parmi les auteurs des attentats du 13 novembre, à Paris : Brahim Abdeslam, le kamikaze qui s’est fait exploser boulevard Voltaire, et Salah Abdeslam, toujours en fuite. Avant eux, il y avait eu les frères Saïd et Chérif Kouachi, auteurs du carnage de Charlie Hebdo. Ou encore Dzhokkar et Tamerlan Tsarnaev, les frangins tchétchènes de l’attentat de Boston qui fit trois morts et 264 blessés, le 15 avril 2013. Ou même Abdelkader Merah, le frère de Mohamed, toujours en détention provisoire pour complicité d’assassinat. On pourrait tout aussi bien évoquer les frères Ali Imron, Amrozi Nurhasyim et Ali Ghufron qui prirent part tous trois aux attaques qui firent 202 victimes à Bali, en 2002. Ou ces nombreux frères qui figuraient parmi les dix-neuf pirates de l’air qui menèrent les attentats du 11 septembre.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs