Accueil Monde France

France: Julien Coupat, de Tarnac au tribunal

Le chef présumé de la cellule de Tarnac, accusé d’avoir saboté des trains il y a dix ans, comparaît avec sept autres prévenus à Paris.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 3 min

Depuis Paris,

Pendant trois semaines, il va assurer le spectacle au tribunal correctionnel de Paris. À son arrivée, ce mardi, Julien Coupat était même « cloné » : ses sept co-prévenus portaient un masque à son effigie avant d’entrer dans la salle d’audience où ils comparaissent pour association de malfaiteurs et dégradations. Petites lunettes rondes, cheveux grisonnants, le voici, lui le chef longtemps présumé d’une cellule terroriste d’ultra-gauche qui aurait menacé la France. Devant un public de sympathisants, il lit un livre, croque une barre de céréales pendant qu’un de ses copains s’essaie à photographier les journalistes présents.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs