Quai 10: objectif 100.000 spectateurs en 2018

Matthieu Bakolas est un directeur heureux : son Quai 10 a atteint des sommets durant sa première année d’activités.
Matthieu Bakolas est un directeur heureux : son Quai 10 a atteint des sommets durant sa première année d’activités. - dr.

A Charleroi, le Quai 10 est l’une des locomotives du quartier de la ville basse, à 50 mètres de Rive Gauche. L’opérateur culturel clôture sa première année d’activités sur des chiffres plutôt positifs : « 493 films diffusés, 8.250 séances de projection et 91.003 spectateurs pour notre cinéma », observe le directeur Matthieu Bakolas, à la tête d’une équipe de 18 travailleurs.

Pour être tout à fait complet, il faut y ajouter une moyenne impressionnante d’un événement par jour – vous lisez bien –, depuis le ciné-club à l’avant-première, en passant par des projections suivies de rencontres avec des acteurs et réalisateurs. « L’objectif des 100.000 entrées sera atteint en 2018 : en dix semaines, le nombre de spectateurs a augmenté de 8 % par rapport à la même période de l’année dernière, pour une hausse de 20 % des recettes qui constituent 40 % de notre budget. En termes de programmation, le succès a dépassé les espérances, nous avons présenté des films que nous n’aurions jamais imaginé voir à l’affiche en début de saison. » Des films d’auteur et d’art et d’essai, bien sûr, qui restent la spécificité culturelle de l’ASBL le Parc aux commandes des cinq salles de l’intra-ring, mais aussi de grosses productions familiales.

Gaming : 12.000 participants

Pour son activité de gaming, le Quai 10 a accueilli 12.000 participants. Unique en Belgique, le projet a imposé sa notoriété bien au-delà de Charleroi avec des visites d’écoles des régions liégeoise, montoise ou bruxelloise. « Un public intergénérationnel fréquente la salle de jeu, les séances pédagogiques sont organisées du mardi au vendredi. »

Enfin, l’institution héberge des activités à haut potentiel : c’est là que les Dirty monitors ont établi leur résidence et que Becode organise ses séances de formation, depuis janvier. « Notre cinéma a trouvé sa place et son public, se félicite Matthieu Bakolas. On ne peut plus parler de concurrence avec le complexe cinéma Pathé sur le site de Ville 2, mais de complémentarité. Offrir des moments de rencontre, d’animation, de débat, c’est notre vocation. »

L’institution a accueilli la plupart des associations du cru. Festivals ou événements originaux comme les projections estivales en plein air complètent une affiche éclectique. Au bout du compte, le Quai 10 remplit parfaitement la mission pour laquelle il est subsidié, désormais à hauteur de 135.000 euros par an au lieu de 115.000 au terme de sa nouvelle convention avec la Fédération Wallonie-Bruxelles. Une convention dont la durée passe de un à quatre ans, ce qui bétonne le financement jusqu’en 2022.

Festival du film au féminin

Par Didier Albin

En dehors des décentralisations de festivals qu'elle accueille dans ses salles du Quai 10 et du ciné le Parc, l'ASBL le Parc organise le festival du film au féminin, un événement unique en Fédération Wallonie-Bruxelles. Partenaire de la plateforme des femmes de mars, la 10e édition vient de se clôturer. Et les résultats sont au rendez-vous. Du 7 au 10 mars, avec 19 films à l'affiche, les salles ont accueilli un bon millier de festivaliers. Cette édition anniversaire misait sur des extras, à commencer par la réalité augmentée avec une sélection gagnante à la Mostra de Venise, le gaming, l'art numérique.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Cinéma|Belgique|Communauté française
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le plan prévoit de faire passer la part des énergies vertes dans la consommation énergétique finale de 8,65
% en 2016 à 18,4
% en 2030.

    Voici les contours du plan énergie-climat belge

  2. Hirokazu Kore-eda le plus important des cinéastes japonais vivants recevait la Palme d’or en mai 2018.

    Le cinéma japonais, polymorphe et fascinant

  3. Avec leurs installations faites de palettes récupérées, les créateurs du projet «
Design for everyone
».

    Des justiciers urbains contre les bancs anti-SDF à Bruxelles

Chroniques
  • Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

    Les gilets jaunes forment un phénomène inédit, typiquement contemporain. Ce phénomène possède plusieurs couches de signification, qui ne sont pas seulement politiques et sociales : on pourrait également l’aborder sous l’angle de l’individualisme qui travaille notre société. Mais on peut aussi y voir un écho de voix plus anciennes, en particulier celle de Rousseau. Les gilets jaunes rejouent à leur manière le Contrat social, ce qui n’est pas un hasard puisque Rousseau, théoricien radical de la démocratie, était aussi un grand individualiste.

    Tout commence par une redécouverte, celle de la faille du système représentatif, formulée par Rousseau dans des termes cinglants à l’encontre du prototype de la démocratie parlementaire : «  Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort ; il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement : sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde.  »...

    Lire la suite