Le nombre de chômeurs passe sous la barre des 500.000, au plus bas depuis 37 ans

La Wallonie réalise la meilleure performance, avec une baisse de 7,5
% du nombre de demandeurs d’emploi sur un an.
La Wallonie réalise la meilleure performance, avec une baisse de 7,5 % du nombre de demandeurs d’emploi sur un an. - Belga / Bruno Fahy.

L’année 2017 aura été un excellent cru dans la lutte contre le chômage. Pour la première fois depuis 1981, le nombre de chômeurs indemnisés est passé sous la barre des 500.000 personnes. C’est ce qui ressort du rapport annuel de l’Onem, qui vient d’être publié. A la fin de 2017, il y avait 487.291 chômeurs indemnisés. Il faut donc remonter 37 ans en arrière pour apprécier une telle performance. A l’entame des « eighties », il y avait environ 440.000 chômeurs.

La baisse intervenue entre 2016 et 2017 est également appréciable : -8,5 %, soit 45.090 personnes qui ont quitté le chômage sur une année. C’est la Wallonie qui réalise la meilleure performance, avec une baisse de 7,5 % du nombre de demandeurs d’emploi sur un an (les chômeurs exemptés de la demande d’emploi ne sont pas comptés ici). En Flandre, la baisse est de 4,9 %. Et c’est Bruxelles qui réalise la moins bonne performance avec un recul de 1,8 % seulement. Mais les taux de chômages restent sans appel : 5,9 % en Flandre, 12,1 % en Wallonie et 15,9 % à Bruxelles.

Plusieurs éléments expliquent la poursuite de cette décrue. La croissance économique, d’abord, qui crée mécaniquement des emplois. L’Onem relève aussi une démographie favorable. « Ces dernières années, la population active et la population en âge de travailler ont moins augmenté qu’auparavant et les départs à la pension sont plus nombreux. » Enfin, la décision du gouvernement précédent de limiter dans le temps les allocations d’insertion (dues aux personnes qui ne totalisent pas suffisamment de périodes de travail pour bénéficier du chômage) a également fait sortir 6.504 personnes des statistiques.

Cette baisse du chômage indemnisé a profité aux caisses de l’Etat : l’Onem a dépensé 554 millions d’euros en moins en 2017 qu’en 2016. Et sur quatre ans, l’économie est encore plus spectaculaire : 2,4 milliards d’euros.

L’Onem fait aussi le point sur les « exclusions » des allocations d’insertion, c’est-à-dire les personnes qui ont perdu le droit aux allocations de l’Onem en raison de la limitation dans le temps de ces allocations. Il y en a eu 6.504 en 2017, dont une très grande majorité de personnes établies en Wallonie (4.538).

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Chômage|Démographie|Rapport annuel|Population
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite