Accueil Économie

Jürgen Mossack et Ramón Fonseca, les rois déchus de l’offshore

Au grand déballage des Panama Papers, le bureau Mossack Fonseca n’a pas survécu. Il a annoncé mercredi soir mettre fin à ses activités en raison des « dommages irréparables » infligés à sa réputation.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 3 min

Pour un tandem de juristes qui faisait de la confidentialité son premier argument commercial, la publication des Panama Papers au printemps 2016 fut plus qu’une contrariété : obtenues par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, transmises au consortium ICIJ puis traitées par une centaine de médias – dont Le Soir -, les archives du cabinet panaméen mirent à jour ses plus sombres secrets, notamment des informations confidentielles sur plus de 214.000 sociétés offshore. Et sur leurs véritables bénéficiaires économiques, dont de nombreuses personnalités des mondes de la finance et l’industrie, de la politique, du sport et du spectacle.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs