Les paroles de «Ma dernière lettre», la chanson de David Hallyday dédiée à son père

Les paroles de «Ma dernière lettre», la chanson de David Hallyday dédiée à son père

David Hallyday est en concert en France, une tournée prévue depuis un an. À l’occasion de son deuxième concert depuis la mort de son père Johnny le 5 décembre dernier, il a chanté une chanson dédiée à son père. Un moment privilégié avec ses fans à qui David a demandé de ne pas filmer.

Après le concert, David Hallyday s’est aussi confié au Parisien. Pas question de parler du conflit qui l’oppose avec Laeticia, la veuve de Johnny au sujet de l’héritage.

David Hallyday a simplement déclaré qu’il sentait la présence de son père à ses côtés et qu’il lui manquait terriblement.

Voici les paroles de la chanson écrite par David Hallyday pour son père. Une lettre que David imagine être écrite par son père :

« Ma dernière lettre »

Puisqu’au matin il me faudra partir

Que vais-je laisser de mon nom ?

Quels mots, quelles voies faudra-t-il retenir ?

C’est vrai j’ai joué tant de partitions

J’ai souvent rêvé que je pouvais fuir

Couper l’image et le son

La peur du vide, la peur d’en mourir

Étaient parfois plus fortes que la raison

Ce que je vous laisse

C’est juste un dernier cri

C’est ma dernière lettre

Ce que je n’ai jamais dit

Il y a des lumières qui brûlent le cœur

Même si j’ai brûlé d’envie

J’aurais aimé gommer quelques erreurs

C’est vrai

Sans cacher ce que je suis

Puisque demain je ne pourrai plus rire

Loin de ce monde pour de bon

Je voudrais qu’on me donne un dernier soupir

Juste sentir les saisons

Ce que je vous laisse

C’est juste un dernier cri

C’est ma dernière lettre

Ce que je n’ai jamais dit

Ce que je vous laisse

C’est juste un dernier cri

D’un homme sans paraître

Ce que je n’ai jamais dit

J’aime le silence

Quand mes yeux se ferment

Je sens le calme et les cieux

Pour ne plus être l’ombre

de moi-même

Que je t’aime

Avant de faire mes adieux

Ce que je vous laisse

C’est juste un dernier cri

C’est ma dernière lettre

Ce que je n’ai jamais dit

Ce que je vous laisse

C’est juste un dernier cri

D’un homme sans paraître

Ce que je n’ai jamais dit

C’est juste un dernier cri

Avant le paradis

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 50710002

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie, l’angoisse monte

  2. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

  3. CULTURE AALST CARNIVAL ZONDAGSSTOET

    Alost: les mêmes caricatures antisémites en 2020, quel avenir pour ce carnaval?

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite