Accueil Monde Europe

Election présidentielle russe: un scrutin présidentiel sans surprise (vidéo)

Les Russes voteront ce dimanche pour élire leur président. Vladimir Poutine bénéficie d’une large avance, avec 70 % des intentions de vote.

Temps de lecture: 3 min

Ce dimanche 18 mars, les Russes se rendent aux urnes pour élire leur nouveau président. Sous le slogan «  Nous choisissons un président, nous choisissons le futur », le scrutin du plus vaste pays du monde semble pourtant déjà joué au vu de la large majorité dont bénéficie le chef du Kremlin, Vladimir Poutine, selon les sondages. Il bénéficie en effet d’une large avance avec près de 70 % des intentions de vote.

Les seuls défis auxquels l’homme fort de Russie pourrait être confronté au moment du scrutin sont l’influence de l’opposant écarté de l’élection, Alexey Navalny, mais surtout un faible taux de participation. On retrouve six autres candidats. Les plus populaires d’entre eux sont l’ultranationaliste Vladimir Jirinovski (LDPR), crédité de seulement 6 %-7 % des voix et Pavel Groudinine (Parti Communiste), avec près de 7 %-8 %.

Près de 109 millions de Russes inscrits sur les listes électorales au 1er janvier dernier et près de 1,9 million de ressortissants russes résidant à l’étranger votent ce 18 mars pour leur nouveau président, à l’occasion de la 7e élection présidentielle en Fédération de Russie depuis la chute de l’Union soviétique. Au total, 94.500 bureaux de vote sont installés dans tout le pays, ainsi que 369 autres en dehors de Russie. La date du 18 mars n’a, pour sa part, pas été choisie au hasard puisqu’elle marque le quatrième anniversaire de l’annexion de la Crimée.

Peu d’engouement populaire

Si l’issue du scrutin ne fait pas de doute, l’homme fort de la Russie devra faire face à un faible niveau de participation aux élections. Seuls 58 % des Russes se disent prêts à se rendre aux urnes, ressort-il du dernier sondage réalisé en décembre par le centre analytique indépendant Levada. Ainsi, 28 % se sont dit «  tout à fait certains de voter » et 30 % ont fait savoir qu’ils iront « très probablement voter », 20 % sont indécis et 19 % n’iront pas aux urnes.

Le directeur du centre, Leb Goudkov, explique même que l’on pourrait s’attendre au plus bas taux de participation jamais observé lors d’une présidentielle en Russie. «  Le sentiment national lié à l’annexion de la Crimée s’estompe et le sentiment d’incertitude grandit. Le niveau de vie se détériore. La campagne elle-même est léthargique. Tout cela réduit la volonté d’aller voter », explique-t-il.

« La grève du vote »

Un autre élément pourrait perturber le scrutin : l’absence de l’opposant numéro un au Kremlin, Alexey Navalny. Celui qui qualifie les prochaines élections de farce, a été écarté du scrutin présidentiel en raison de condamnations judiciaires. Il a appelé ses partisans à «  la grève du vote » et à scruter les fraudes électorales durant cette journée du 18 mars.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs