Accueil Société Régions Hainaut

Mons: libérer le Clos coûte que coûte

La justice de paix vient de donner raison aux habitants du Clos des Hirondelles. Elle estime qu’ils n’occupent pas le terrain sans titre ni droit, mais moyennant bail verbal. La Ville poursuit son objectif d’expulsion.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

La Ville de Mons a été déboutée par la justice de paix. Ce n’est pas encore demain qu’elle pourra expulser la quinzaine de personnes qui vivent encore dans six ou sept caravanes, sur son terrain du Clos des Hirondelles, route de Wallonie, à la limite de Nimy et Ghlin. C’est pourtant son credo : « nettoyer cette zone de non-droit ». Pour y parvenir, elle devra trouver d’autres moyens.

C’est ce début de semaine que Philippe Culem, juge de paix du premier canton de Mons, a rendu son jugement déboutant la Ville de Mons aux motifs que ce terrain, privé, longeant la route de Wallonie, n’est pas utilisé « sans titre ni droits » par ses occupants, des nomades sédentarisés, mais moyennant loyer.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Hainaut

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs