Accueil Monde Asie-Pacifique

A partir du 1er mai, les citoyens chinois avec une faible «note sociale» n’auront plus accès aux trains ni aux avions

Le gouvernement récolte les données fournies par les réseaux sociaux, le fisc ou encore la police pour générer une « note sociale » pour chaque citoyen chinois.

Temps de lecture: 2 min

Impossible de ne pas penser à la série dystopique Black Mirror à la lecture de cette nouvelle. Le Parti communiste chinois teste depuis plusieurs années un système de « note sociale », et s’en servira pour empêcher les Chinois les plus mal notés de voyager en train ou en avion à partir du 1er mai 2018, annonce Reuters.

Depuis 2014, les données fournies par les réseaux sociaux, les smartphones, mais aussi par la police, les tribunaux ou encore le fisc sont collectées pour chaque individu, et précieusement centralisées pour en faire une sorte de fiche de réputation.

À lire aussi Comment la Chine veut «fliquer» ses citoyens façon Big Brother

La « note sociale » dépendra donc du comportement, du casier judiciaire ou encore des opinions politiques. Les personnes qui ont commis des actes tels que la diffusion de fausses informations, qui ont déjà fraudé dans un train ou qui ont pu avoir un mauvais comportement dans un avion seront placées sur liste rouge. Elles ne pourront accéder ni aux trains, ni aux avions pendant un an. Les individus qui ont déjà rencontré des problèmes pour rembourser un crédit ou une assurance seront également inscrits sur cette liste.

Cette mesure s’inscrit dans la ligne politique du président chinois Xi Jinping, qui souhaite mettre en place cette base de données du crédit social basée sur un principe : « Once untrustworthy, always restricted » ( « Une fois que l’on n’est plus digne de confiance, on se retrouve restreint à jamais ».)

Si la règle paraît nouvelle, Reuters rapporte que plusieurs signes poussent à croire qu’elle a déjà pris effet. Au début de l’année 2017, la Cour suprême a annoncé lors d’une conférence de presse que plus de six millions de Chinois avaient reçu l’interdiction de prendre l’avion pour « faute sociale ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mardi 20 mars 2018, 17:26

    Pénalisation officielle qui nous choque, bien évidemment. Que dire de la pénalisation rampante dans nos sociétés si libres ? N'importe qui peut-il entrer n'importe où, en fonction de son "rang", de son habillement, de sa couleur de peau, de son appartenance sociale, etc. ?

  • Posté par stals jean, lundi 19 mars 2018, 23:31

    j'ai bien regardé le calendrier en bas à droite de mon écran, nous ne sommes pas encore le premier avril car demain c'est le printemps ...Orwell au secours ton effrayant Nineenteen Eighty-four pour les puristes, "1984" pour nous, c'est à une demi journée d'avion ou presque que ça se passe en vrai ...A en croire les médias, 1 milliards de chinois le smarphone en guise de cerveau sont devenus des zombies à l'insu de leur plein gré... à quand notre tour? Bien qu'ultra fiché, ultra pisté, nous aussi par les ordi américains, américains mais pas que, quelques petits rigolos n'attendent plus que le bon moment pour nous aligner sur la chine de Xi Jinping...Et pendant ce temps la, des milliards de lobotomisés des réseaux sociaux via le smarphone vissé dans la main à l'instar d'une bouée de sauvetage considèrent ce chagrin du temps (comme disait Ferré pour la télé) comme le centre du monde, comme un doudou que l'enfant de 2 ans maintient en s'endormant...

  • Posté par Wafellman Fabienne, lundi 19 mars 2018, 23:36

    Admirable commentaire. Bravo pour le texte, l'humour, les citations et plus encore pour le fond !

  • Posté par Jean-Paul BULTEAU, lundi 19 mars 2018, 17:50

    Si encore cette note sociale pénalisait de vrais délinquants, mais la participation à un culte et autres "délits d'opinion" sont également pénalisants. C'est effrayant!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Le meilleur de l’actu

Inscrivez-vous aux newsletters

Je m'inscris

À la Une