Accueil Monde

Cette enquête libyenne qui vise Nicolas Sarkozy

L’ancien président français a été placé en garde à vue ce mardi. Il doit répondre des soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007. Un coup de tonnerre dans la vie rangée de l’ancien chef de l’Etat.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

Depuis Paris

Depuis son échec à la primaire de la droite, il y a un peu plus d’un an, Nicolas Sarkozy savourait son nouveau rôle. Certes, il avait dû renoncer à un retour à l’Elysée. Mais Emmanuel Macron, à qui on le compare parfois pour son énergie, le traitait avec maints égards. Les cadres de la droite venaient le consulter comme un vieux sage. Les militants continuaient de l’aduler. Et les invitations aux conférences à l’étranger continuaient de tomber. Une vie huilée comme une chaîne de bicyclette avant que la justice la fasse dérailler ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Frédéric Delrue, mardi 20 mars 2018, 20:01

    Vous pensez vraiment que notre pays (lisez nos politiques) soit blanc comme neige ? Au lieu de chercher la brindille ailleurs, cherchez la poutre dans notre beau pays où il n'existe pas corruptions sinon vous (les médias) nous l'auriez déjà présenté sur un plateau, à moins que la presse ne soit de mèche...

  • Posté par Bernard Dropsy, mardi 20 mars 2018, 18:57

    Bricourt Noela . Le rêve de la droite, démolir la justice pour pouvoir magouiller sans problèmes !Sarko l'a eu dans l'os, en Belgique, ils continuent mais plus pour longtemps !

  • Posté par Bricourt Noela, mardi 20 mars 2018, 13:46

    Ce Président misait aussi pour faire campagne sur la sécurité et l'identité, détournant ainsi l'attention des électeurs sur les vrais problèmes.

  • Posté par Bricourt Noela, mardi 20 mars 2018, 13:44

    En voilà encore Un qui rêvait de supprimer les juges d'instruction et voulait que disparaisse l'esprit de mai 68.

  • Posté par Lempereur Gael, mardi 20 mars 2018, 13:41

    Quand un politicien est mis en examen, la majorité de ses collègues, peut importe leur couleur politique, rappel la présomption d'innocence. Pourquoi ne font-ils pas la même chose lorsque c'est un jeune issu de l'immigration ou d'une religion autre que catholique?

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs