Les taxis bruxellois feront grève le 27 mars

Manifestation des taxis européens pour protester contre Uber le 16
novembre 2015 à Bruxelles.
Manifestation des taxis européens pour protester contre Uber le 16 novembre 2015 à Bruxelles.

Les taxis bruxellois sont en colère et ils vont le faire savoir. La CSC et plusieurs associations indépendantes sont sorties furieuses de la réunion de concertation qui avait lieu ce mardi. Ils ont l’impression que leurs plaintes par rapport au plan taxi ne sont pas entendues par le ministre de la mobilité Pascal Smet.

Il faut donc s’attendre à de gros embarras de circulation à Bruxelles le mardi 27 mars. Plusieurs associations ont décidé de bloquer la capitale, épaulées par des collègues européens. Ces derniers en profiteront pour dénoncer les pratiques d’Uber dans leur pays.

« Il faut s’attendre à des débordements »

« Monsieur Smet a un comportement arrogant. Il ne nous écoute pas, dénonce Philippe Lescot, secrétaire permanent CSC Transcom, qui représente environ mille chauffeurs. Il faut s’attendre à des actions très dures, peut-être des débordements mais nous tenons à appeler au calme. »

Les chauffeurs inquiets

Les taxis ne sont pas d’accord avec la philosophie de base du plan de Pascal Smet qui mettrait les chauffeurs d’Uber et autres applications sur un pied d’égalité avec les conducteurs « traditionnels ».

Ils s’inquiètent aussi du relèvement du numerus clausus, c’est-à-dire le nombre maximal de chauffeur autorisé en région bruxelloise. Ils souhaitent aussi que le ministre commande une étude sur la rentabilité du secteur, ce qui leur a été refusé jusqu’à présent.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chef de la Défense, le général Marc Compernol est confronté à un énorme problème de recrutement depuis plusieurs années.

    Le général Compernol, chef de la Défense: «On a un énorme problème. Beaucoup de gens quittent l’armée»

  2. © Belga

    L’épidémie de grippe frappe à nos portes, que faire?

  3. Mehdi Nemmouche a renvoyé à plus tard les réponses aux questions posées par la présidente Massart.

    Nemmouche, le procrastinateur, s’énerve et réserve ses réponses

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite