Accueil Société Régions Bruxelles

Attentats: la majorité bruxelloise se déchire sur les zones de police

L’idée de fusionner les six zones de police de la capitale, relayée par tous les partis néerlandophones, a irrité les francophones au Parlement ce vendredi.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Vendredi matin, le Parlement bruxellois, qui avait chamboulé son agenda après les attentats de Paris, a organisé un débat sur le terrorisme et le radicalisme. En période d’union nationale, le président de l’assemblée Charles Picqué a lancé un appel à la dignité des interventions. Ceci dit, au fil de la matinée, une fracture s’est très nettement dessinée entre francophones et néerlandophones, avec des réactions très vives de part et d’autre.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs